Cours de métamorphose 1 (5e-7ee années)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Poudlard :: Premier étage :: Salle de Métamorphose
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Née moldue
Métier/Etudes : Professeure de Métamorphose ; ex-Aurore - spécialisée en médicomagie
Statut amoureux : Mariée, un enfant, trois petits-enfants et un amant !
Nombre de Gallions : 537
Parchemins écrits : 132
MessageSujet: Cours de métamorphose 1 (5e-7ee années) Ven 18 Mai - 14:07
Le cours est ouvert aux 5e à 7e années. Un cours pour les années inférieures ouvrira promptement ^^

Lily ne pouvait s’empêcher de sentir une pointe d’anxiété poindre à l’horizon. Il fallait dire que c’était le premier cours qu’elle donnait de sa vie. Elle n’était pas, comme Severus, une professeure aguerrie capable de gérer toutes les situations. De plus, elle était encore jeune. Vingt-et-un ans, c’était finalement peu pour transmettre son savoir à des adolescents qui, pour certains, auraient à peine quatre ans de moins qu’elle.

La jeune femme avait toutefois réussi à se tranquilliser l’esprit. Elle avait en tête les lettres de Severus qui la gratifiaient d’une confiance qu’elle savait imméritée. Transmettre ses connaissances à ses amis était une expérience très différente de l’enseignement, et elle n’était pas sûre d’avoir les épaules pour cela.

Alors pourquoi diable accepter ce poste ? Elle était, comme son vieil ami, confrontée à un choix : que faire de sa vie lorsqu’on renaît après quarante années d’absence ? Que faire de son existence lorsque tout ce que vous pensiez avoir a tant changé que vous ne reconnaissez plus rien ? Cette question hantait son esprit, et elle avait fini par prendre le taureau par les cornes : se provoquer un nouveau destin, une nouvelle histoire, une nouvelle route. C’était bien cela qu’il fallait faire.

Elle entra dans la classe avec un peu d’avance, et prit le temps d’ouvrir les fenêtre pour aérer un peu. En contrebas, les derniers frimas de l’hiver avaient déposé un peu de givre sur la pelouse. Il était encore tôt, le cours commençait à huit heures. Bientôt les élèves viendraient dans celle salle où elle-même – elle s’en souvenait comme si c’était hier – avait suivi les enseignements de Minerva McGonagall. C’était à son tour de tenir ce poste si complexe et si gratifiant à la fois.

Lorsque la salle fut suffisamment aérée – et rafraîchie – à son goût, elle remis en place la barrière de verre aux rigueurs du temps, et jeta un dernier coup d’oeil à ses cours à venir. Les premiers élèves arrivaient doucement, intrigués peut-être, de découvrir cette nouvelle professeure au nom célèbre. Lily Evans-Potter. C’était surtout « Potter » que l’on retiendrait à coup sur.

Elle attendit, un léger sourire avenant sur les lèvres, et finit par fermer la porte au fond de la salle d’un coup de baguette magique lorsqu’il lui sembla que le cours pouvait commencer.

« Bonjour à tous et à toutes, bienvenue dans ce cours de métamorphose. Je m’appelle Lily Evans-Potter, je serai votre professeure jusqu’à la fin de l’année scolaire, désormais bien avancée. »

La jeune femme quitta le havre de son bureau pour venir faire face aux élèves.

« Ma prédécesseur, la Directrice Minerva McGonagall m’a indiqué tout ce que vous avez déjà fait au cours des leçons précédentes. Nous allons donc commencer par quelques rappels de base et enchaîner promptement sur la suite du programme. Vous le savez sans doute, la métamorphose est une matière exigeante et dangereuse : la moindre erreur peut être fatale au lanceur de sort comme à la cible. Ce serait regrettable de devoir envoyer un faire-part de décès à vos parents parce que vous n’avez pas été attentif, n’est-ce pas ? »


La voix du professeur était douce, empreinte de bienveillance, ce qui n’en rendait la menace que plus réelle.

« Qui peut me dire quelles sont les cinq exceptions à la loi de Gamp ? »

Codage (c) Lily Evans
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Né Moldu / semi-nagin
Statut amoureux : Célibataire
Nombre de Gallions : 250
Parchemins écrits : 56
MessageSujet: Re: Cours de métamorphose 1 (5e-7ee années) Sam 19 Mai - 10:11
Y’a un cours que j’aurais raté pour rien au monde, même si j’avais dû traverser le lac à la nage pour y arriver à l’heure, c’était bien le cours de métamorphose. Comme les sortilèges, c’est une matière que j’adore, et dans laquelle je me débrouille pas trop mal, en vrai. Il paraît qu’il y a une nouvelle prof. Évidemment, tout le monde sait qui elle est, et moi avec. J’ai lu les bouquins de Rita Skeeter, après tout. Lily Evans Potter : la mère de Harry Potter, et celle qui, dit-on, a ravi le coeur du terrible Severus Rogue… Est-ce que c’est vrai, ce dernier point ? J’ai entendu dire que Rogue avait été vu avec Ivrine, la prof de Divination… Il faut vraiment que je mène l’enquête ! Le journal de l’établissement mérite de savoir !

Bref, je m’égare. Évidemment, donc, que j’suis à l’heure, et plutôt deux fois qu’une ! J’me suis levé plus tôt rien que pour voir cette prof. La matière m’intéresse, bien sur, mais je suis surtout curieux. Severus Rogue est une putain d’énigme sur pattes (c’est pas avec mon heure de colle que je dirai le contraire), et j’veux voir celle qui, selon Rita Skeeter, a fait de lui ce qu’il est.

J’arrive dans les premiers, sacs sur l’épaule. Je lance un « Bonjour Professeur » jovial avant d’aller m’asseoir au premier rang.

Et là, c’est la baffe, mon gars. Je sais que les revenants gardent l’apparence qu’ils avaient quand ils sont morts : Regulus Black, notre bibliothécaire, en est un super exemple. Mais si je m’étais attendu à ça. Tu m’étonnes que le Rogue, il se décroche la mâchoire sur le passage de Lily Evans Potter : c’est un canon cette fille ! Tout de suite après, je pense à sa situation à elle. J’ai déjà vu des photos de son fils, Harry Potter, dans le journal, sur des couvertures de bouquin… ça doit être une galère sans nom d’avoir un fils plus vieux que soi.

Tout ça me convainc que les morts, ils feraient bien de rester six pieds sous terre. Finalement, c’est toujours par eux (leur présence, leur souvenir) que le bordel arrive…

Une fois que la porte s’est refermée, j’écoute le discours de la jeune prof. Même si elle paraît avoir mon âge, à tout péter, je remarque qu’elle arrive à poser correctement sa voix et à doser assez bien ses effets. Le style est différent du vieux Severus, mais ouais… elle rock bien, la Madame Potter. Elle arrive même à instiller une petite pastille de peur sur les dangers de la métamorphose mal employée. Bien joué, de quoi donner le ton !

J’suppose que pour elle, ça ne doit pas être bien évident de se faire respecter comme prof… Alors j’ai envie de donner l’exemple, moi, le rebelle de service aux cheveux roses. Je sais, je sais : c’est chelou. Elle pose une question (simple), je lève la main (Rogue est le seul avec lequel je m’en passe) et je réponds dans la foulée (attendre qu’on me donne la parole, c’est pour les faibles!)

« Y’a cinq exceptions à la loi de Gamp qui régit la métamorphose élémentaire, Professeur : la nourriture, les sentiments, les richesses, la vie et les informations. Ce sont les cinq éléments que l’on ne peut pas produire ex-nihilo par la magie. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Mêlé
Métier/Etudes : Elève de 7ème année
Statut amoureux : Célibataire
Nombre de Gallions : 1592
Parchemins écrits : 895
MessageSujet: Re: Cours de métamorphose 1 (5e-7ee années) Mer 23 Mai - 8:39

ft. Trop de gens

"Hey,... Bonjour Madame Potter !"


Se réveillant avec le plus grand mal ce matin, Connor resta bien cinq minutes, assis dans son lit. Le regard louchant durant toute cette durée sur la boite à flemme de son colocataire de chambre. L’envie de s’en servir s’intensifiant brusquement lorsque les détails des souvenirs de veille se dessinèrent avec plus de précisions dans son esprit. Chaque mot lui gravant le cœur de cette envie de meurtre ; envers l’autre connard, contre elle aussi… mais surtout lui-même. Ne croyant pas à tous ces mots qu’il avait osés lui cracher au visage. Même s’il savait qu’il en avait eu le besoin d’une certaine façon. Mais il ne pouvait se permettre de se comporter comme ça avec elle. Il ne le supportait pas en tout cas.
Il passa une main sur son visage, massant ses yeux encore endormis en grognant. Tout ça c’était vraiment de la folie.

Les épaules alourdies par ces éléments de sa mémoire, il considéra à nouveau la boite à laquelle il accepta de céder dans un élan d’impulsivité. Au pire, s’il n’était même pas capable de se concentrer, à quoi bon aller en cours et s’efforcer ?
Trouvant cette dernière excuse tout à fait honorable, il se pencha de son lit, la tête pendant dans le vide alors qu’il tendait son bras de toute sa longueur pour atteindre l’objet qui n’était plus qu’à quelques centimètres du bout de ses doigts. Se penchant toujours un peu plus. Il y était presque.
Effleurant à peine la boite, il se mordit la lèvre, poussant dans un dernier effort.

Qui fut stoppé net par un pied qui s’abattit sur sa main. Lui retira un cri de douleur alors qu’il ramena sa tête contre le bord horizontal de son matelas pour étouffer les insultes qui lui échappèrent des lèvres. La vache, ça faisait mal.. !

«
T’allais faire quoi là ? retentit la voix dudit propriétaire de l’objet qui appuya un peu plus sur le pauvre membre du jeune brun – lui retirant d’autres gémissement de douleurs - avant de la retirer. »

Connor récupéra sa main aussitôt, la ramenant contre son torse alors qu’il se redressait dans son lit. Il massa l’endroit endoloris sous le regard menaçant de son ami. Osant soutenir le regard avec un air ombrageux, ce qui agaça encore plus son camarade.

«
C’est pas à toi.
- Oh ça va, tu sais très bien que je te l’aurais remboursé ! »

Le regard septique de son ami lui fit hausser les sourcils. Dessinant un « o » de ses lèvres alors qu’il attrapa son oreiller pour le lancer à l’autre qui l’esquiva non sans mal.
Non, Connor n’était pas radin. Et ne supporta pas cette insinuation muette – et provocatrice exprès - de son camarade qui le fit rire de plus belle.

«
Tu perds en précision tu sais. C’est pas bon pour le Quidditch, le nargua son camarade.
Connor se mordit l’intérieur de la joue.

- Ce serait le cadet des soucis de l’équipe actuellement, marmonna le lion en tournant son regard céruléen vers la fenêtre – cachant sa vraie inquiétude subite à l’évocation du sujet derrière une fausse mine boudeuse.
Il repensa un instant aux dernières semaines. Remis à peine de son cognard dans son épaule mais ne réussissant pas à pallier au handicap que l’absence de sa batteuse provoquait.

- Ca s’est pas arrangé hier soir avec Sullivan ? »

Redressant les yeux vers son camarade, il essaya de se montrer le plus impassible possible. Oui, il n’avait pas halluciné la veille on dirait quant aux divers regards qui s’étaient abattus sur eux. Tout le monde les avait vus s’éclipser ensemble de la salle commune et avait dû jaser aussitôt. Se faisant mille films et plans sur la comète qui lui retirèrent un sourire amer ; surement aurait-il même préféré leurs divers scénarios à la réalité.

«
Non pas vraiment… souffla-t-il finalement. »

Il eut du mal à se remémorer tout ce qu’il s’était passé véritablement. Embarrassé d’une certaine manière d’avoir encore une fois laissée sa frustration passer avant la discussion avec elle. Mais il se savait devenu incapable de la moindre patience. Encore moins en sa présence. Si l’on prenait en plus en compte aussi de la véritable raison pour laquelle cette confrontation avait eu lieu, n’importe qui aurait pu comprendre qu’il ait perdu son calme. Il se pinça les lèvres. Espérant juste que son avertissement avait suffi. Même s’il en doutait fortement ; on parlait de Siobhán après tout.

D’ailleurs, elle n’était pas réapparue de la soirée. Ce n’était pas faute d’avoir veillé tard pour l’accueillir. Même s’il s’en doutait : elle l’aurait encore repoussé avec violence. Capable de le frapper même.
Il l’avait lu dans ses yeux. Elle avait été si désarçonnée. Complètement désabusée en apprenant que ce chevalier blanc n’était pas si parfait. Se souvenant d’avoir cru voir des larmes menacer de rouler sur ses joues pouponnes. Le cœur serré de lui avoir fait ça. Mais il le devait bien ; pour sa sécurité.

«
En tout cas tu ne devrais pas t’abattre autant pour elle. Surtout après ce qu’elle a fait. »

Le regard du jeune lion prit à nouveau la tangente le paysage que la fenêtre lui offrait. Devenu plus sombre. Il savait très clairement ce à quoi son ami faisait allusion. Par ailleurs, il en avait marre qu’on lui parle de cette soirée. Il s’en souvenait très bien assez tout seul, merci. Mais il fallait croire que tous voulaient ajouter leur grain de sel. S’improvisant Rita Skeeter. Pourtant ça ne les regardait pas ce qu’il s’était passé. Juste elle et lui.
Il ne tolérait plus ces commentaires que tout un chacun s’amusait à lui donner. Même lorsque cela venait d’un ami qui disait ça avec bienveillance. Il ne voulait pas entendre de tels jugements sur Siobhán. Déjà qu’il ne se le permettait pas à lui-même, alors qu’il avait était la victime dans l’histoire. Protagoniste et malheureux con qui s’était retrouvé bredouille le lendemain – sa poche d’espoir se perçant sous la vicieuse aiguille de la réalité.

Face à son silence, son ami soupira. Connor n’en parlerait donc jamais. Alors pour changer de sujet, et faire disparaitre cet air sombre du visage de son ami il l’informa de la seule chose à l’horizon qui pouvait faire plaisir au garçon :

«
Tu vas rester en caleçon pour le cours de Métamorphose de ce matin ? »

Ok, il y avait mieux pour remonter le moral des troupes qu’un maudit cours. Mais il n’avait pas autre chose sous la main, espérant que l’amour de l’Irlandais non peu méconnu pour la métamorphose l’éveillerait un peu. Préférence scolaire auparavant suivie de près par la Défense Contre les Forces du Mal par ailleurs.
Mais cette dernière fut évincée de la course par un léger détail qui tenait en un certain professeur hargneux avec lequel l’Irlandais ne s’entendait pas – mais alors pas du tout.

Connor releva la tête, un peu interpellé. Ses neurones se connectant sur sa réalité – quittant son passé proche pour le présent. C’est vrai que c’était le premier cours de métamorphose aujourd’hui avec le nouvel enseignant. Il espéra au fond de son cœur ne pas avoir le droit à la même surprise que pour la matière de défense contre les arts noirs. Imaginant déjà Rogue tripler ses postes dans l’école juste pour le faire chier. Il était assez sadique pour ça ce malade en plus…
Jugeant cette option comme potable dans son esprit embrumé par sa stupidité d’adolescent, il ré-estima la boite à flemme avec grand intérêt.

«
Même pas en rêve.
Il releva la tête, l’air offusqué avant de pointer son camarade d’un doigt accusateur.
- T’es vraiment pas un pote, tu le sais ça ? scanda-t-il. »

Mais résigné par ce nouveau refus, il se leva. De toute façon il n’avait pas le choix. Se sortant de la chaleur de ses draps pour rencontrer le froid de février qui le fit grimacer – mais au moins le réveilla définitivement. Il se hâta d’enfiler son uniforme dans une urgence soudaine tout en répétant « Froid, froid, froid,..! » sous le regard amusé de son camarade.
A vrai dire, si son ami lui avait demandé à cet instant ce qui l’avait finalement décidé à sortir de son lit, il n’aurait été capable de répondre. S’imaginant d’une certaine manière qu’il n’avait plus envie de mettre sa vie entre parenthèses pour elle. Après tout, ce qui était fait était fait. Autant passer à autre chose et avancer. Il avait fait ce qu’il pouvait et n’avait –quasiment – rien à regretter.


C’est ainsi qu’il se retrouva dans les couloirs de l’école, en route pour sa salle de classe une vingtaine de minutes plus tard. Mangeant à la va vite un muffin récupéré rapidement dans le grand hall. Heureusement que métamorphose se déroulait au premier étage, pensa-t-il avec nonchalance.
Il eut fini sa collation quand il atteint la porte de la salle, entrant en s’apprêtant presque à voir la silhouette de Chauve-Souris derrière le bureau. Déjà prêt à faire la grimace en le découvrant. Mais la rangeant de suite sous une surprise non feinte d’y trouver à la place une jeune petite rousse - tout à fait ravissante par ailleurs. Mais qu’il reconnut aussitôt. Oh… Madame Potter…

Il prit place au milieu de la salle. Ni trop loin, ni trop près. Lançant des regards amusés et intrigués à ses camarades de couleurs rouge et or. Eux aussi lui répondant par des hochements de tête ou des sourires tout aussi goguenards à la découverte de l’identité de ce professeur. Au moins, il était sûr, il n’aurait pas à faire face à une saleté de favoritisme entre maison. Ou alors, ce serait enfin en faveur de la sienne cette fois-ci. Même s’il eut le déplaisir de constater dans la salle la présence des classes plus jeunes. Soudainement horrifié de cette constatation.

Il haussa les sourcils à l’affut en balayant la pièce du regard alors que son cœur fit un bond. Oh non… Constatant qu’elle n’était pas déjà là, il pria instantanément pour ne pas voir débarquer sa petite batteuse. Et à sa plus grande joie, Siobhán ne parut jamais avant que Madame Potter ne ferme la porte.
Soulagé en observant d’un regard assassin la pièce. S’arrêtant non loin sur la silhouette d’un certain blond qu’il avait repérée un peu plus tôt. Et surtout satisfait de ne pas le voir dans son assiette.

Il lui offrit un superbe sourire. Le plus beau dont il était capable. Sincèrement ravi. Sachant pertinemment que ce dernier valait mille doigts d’honneur qu’il aurait pu aussi lui brandir. Ne se cachant pas de sa joie de voir le monde de ce Sang Pur s’écrouler. Se délectant de son impuissance à cet enfoiré de marqué.
Et encore, ce n’était qu’une première vengeance…

Il reporta son attention avec beaucoup de mal sur l’enseignante et le cours en général dont il ignora la première question et sa réponse autant que ce qu’il avait fait avec son discours. Trop occupé à narguer le vert et argent. A noter en plus qu’il ne se sentait coupable ni pour son inattention, ni sa méchanceté – cette dernière le rendant plus fier qu’autre chose en fait.









Défis Réussis du Pack Gallion:
 

▿ ⬘ ▴ ◈ ▾ ⬙ ▵

A soldier on my own
Imma ready for the fight, and fate. Let the games begin. Waiting for the last round's call. Keep on running this shit. Imma be the kid for the win.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Né Moldu
Métier/Etudes : Sixième année
Statut amoureux : Bof
Nombre de Gallions : 129
Parchemins écrits : 38
MessageSujet: Re: Cours de métamorphose 1 (5e-7ee années) Mar 29 Mai - 23:13
La nouvelle professeure avait la voix douce et respirait la gentillesse. Aux antipodes de l'autre gourou de défense contre les forces du mal. Aux premiers mots, j'étais bercé. Oh oui, remplace la vieille McGonagall, elle ne prononce pas les mots si joliment et elle réveille les dormeurs du fond de la classe. Et moi, au dernier rang, la tête déjà posée sur mes bras, un peu avachi sur ma table, je sentais mes paupières se fermer dés les premières paroles. Je retenais le nom à la volée, mes yeux se fermèrent au début des banalité sur la dangerosité de la matière.

Lily Evans-Potter... Elle paraissait encore plus jeune qu'Irvine et son air d'enfant perdue, elles avaient d'ailleurs les cheveux carottes en commun. Mais Irvine n'avait pas la voix comme ça et les cours d'Irvine n'était pas si tôt le matin. Moi, je n'avais pas encore dormi. La nuit avait était sans lune et sans nuage, j'étais allé voir les étoiles puis j'avais fini mon livre sur les dragons. Mon lit était resté fait, pas un pli dans les draps, les elfes ne devaient pas trop avoir de boulot avec moi. Quoique je mangeai pas mal au petit-déjeuner. Puis j'attaquai la digestion et ma nuit de sommeil en décalé.

Alors allez-y, nouvelle professeure, posez les questions faciles, laissez Asao - là-bas, au tout premier rang - répondre et pendant ce temps là, je me laisse couler dans les bras de Morphée, au son de votre voix. Et je pouvais commencer à rêver.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Pur
Métier/Etudes : Sixième année
Statut amoureux : Célibataire
Nombre de Gallions : 444
Parchemins écrits : 306
MessageSujet: Re: Cours de métamorphose 1 (5e-7ee années) Mar 5 Juin - 18:15

Même si Caecus essayait de se cacher la vérité, il savait parfaitement qu'un monstre le dévorait petit à petit à l'intérieur. Cette bête était dans ses entrailles, mangeant tout ce qu'il trouvait, un rictus sur son museau, prenant bien soin d'aller le plus lentement possible afin de jouir du malheur de l'élève. C'était le serpentard qui s'était crée cette bête. Une bête d'angoisse, de peur, de résignation et d'autres émotions qui le travaillaient depuis un certain temps. Depuis que ce cher Monsieur avait "gagné" sa stupide Marque. Cette bête avait d'abord été discrète et Caecus s'était même accommodé à sa présence, préférant ne pas trop s'apitoyer sur son sort et agir afin de préserver le plus de monde possible de son nouveau grade, celui de Mangemort. Hélas, ce monstre s'était réveillé lorsqu'un gryffondor vantard et agaçant avait osé foutre son gros nez dans l'histoire. Le vert et argent passait ses journées à penser à Connor, le fameux rouge et or, plus qu'il ne le faudrait et sa petite-amie pourrait même en être jalouse. Même la nuit. Même en cours. Plus qu'une pâle copie de lui-même.
En songeant ainsi, Cae' eut un rictus mauvais à l’égare de l'ami de Sio, le maudissant du plus profond de son être. Il risquait gros dès à présent et ce masque de sérénité que Caecus avait gardé semblait s'effriter petit à petit. Tout bonnement parce que sa vie était en jeu : sa deuxième condition imposée pouvait à tout moment être dévoilé aux autres et alors, Caecus perdrait toute crédibilité auprès de sa famille et du monde entier.
Un rire s'échappe. Nerveux. Il voyait enfin le bon côté des choses : il avait des cernes immenses grâce à cet obsédé de Connor, un teint plus pâle que d'habitude et une mine à faire peur à n'importe qui.
Prenant soudainement conscience d'où il était, le sorcier récupéra rapidement sa baguette, se dirigeant d'un pas traînant vers les cours en gardant ses habitudes : il ferait semblant. Il ne tarde alors pas à arriver en cours de Méthamophose et la manière égaie légèrement sa journée : étant un Animagus grâce à son frère, il aimait particulièrement cette matière. Ceci lui avait même permis d'assister à une soirée privée chez les gryffondors pour passer encore plus de temps avec Adria. Il sortit brièvement un parchemin et quelques ustensiles pour prendre quelques notes. Sa nouvelle condition était certes dérangeante, mais il ne pouvait pas se permettre de faire baisser ses notes pour ne pas baisser l'honneur de as famille. Les Avery, avec Circe et les jumeaux, étaient connus pour être des futés.

Sa main serra brusquement la plume qu'elle tenait. Rage. Désespoir. Qu'était-ce ? Le garçon serra sa mâchoire, essayant de garder son calme pour éviter de hurler de rage face à la vision qui s'offrait à lui. Une vision écœurante. Ce putain de Connor qui lui offrait un sourire. Ce merdeux qui osait faire ça. Pour simple réponse, le vert et argent lui envoya un regard noir, piqué par l'intensité du regard de Stevens. Le sorcier bond fulminait, fermant les yeux rapidement pour s'ôter l'image du gryffondor qu'il avait en tête. Celui-ci avait complètement oublié que le cours réunissait différentes années et si il s'en était souvenu, il n'aurait probablement pas daigné rentrer dans cette salle. S'écarter de lui était pour l'instant la meilleure solution et Caecus avait l'impression d'être tombé dans un mauvais piège.
Il relâcha alors la plume, dépité en sachant qu'avec l'autre là-bas, il ne pourrait pas se concentrer sur le cours et qu'il ne pourrait pas prendre de notes. Qu'il ne pourrait pas attendre sans que son regard essaie de revenir sur l'élève plus âgé.
Il ne pouvait s'empêcher. Si bien qu'il finit par abandonner et il resta alors ainsi, fixant Connor avec de la neutralité, adoptant son masque de sang-pur. Il devait lui montrer que ses bêtises ne l'atteignait pas. Sa menace sur la famille Stevens n'avait pas été une blague. S'il devait choisir entre sa vie ou celle de Connor, la réponse était évente. Même si cela pouvait faire du mal à Sio, le gryffondor était gênant pour Caecus. Et ce dernier pensait sincèrement qu'il pouvait demander à son père de tuer cette bête arrogante qu'il dévisageait depuis tout à l'heure.
Tuer était, après tout, simple lorsque l'on possède une famille de Mangemorts.


▿ ⬘ ▴ ◈ ▾ ⬙ ▵


Caecus Avery

‘‘ Tu connais des gens, toi, qui  pleurent quand on les embrasse ? ’’

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Née moldue
Métier/Etudes : Professeure de Métamorphose ; ex-Aurore - spécialisée en médicomagie
Statut amoureux : Mariée, un enfant, trois petits-enfants et un amant !
Nombre de Gallions : 537
Parchemins écrits : 132
MessageSujet: Re: Cours de métamorphose 1 (5e-7ee années) Jeu 7 Juin - 21:52
Le moins que l’on pouvait dire, c’est que le cours avait l’air, pour le moment assez calme. Les visages qui se tournaient vers Lily n’étaient pas malveillants, et certains semblaient même assez intéressés. Elle surprit bien entendu une ou deux œillades un peu trop insistantes à son goût : il fallait dire qu’une professeure aussi jeune ne passait sans doute pas totalement inaperçu dans la jungle de Poudlard.

Elle ne connaissait pas encore les noms de ses élèves, prenant au pied levé la classe, il lui faudrait donc improviser sur ce terrain là. La jeune femme fut ainsi satisfaite de voir un jeune homme aux cheveux roses lever spontanément la main pour lui donner une bonne réponse. C’était, pour le moment, ce à quoi elle s’attendait, et maîtrisait encore le déroulement du cours. Elle opina après la réponse du jeune homme.

« Exactement, dix points pour Pouffsouffle, Monsieur… ? »

Elle ne connaissait pas encore son identité, mais une chose était certaine, les cheveux roses étaient inoubliables.

Malgré tout, Lily remarquait bien la torpeur qui avait pris la classe : tout le monde était encore très ensommeillé, quoi de plus normal à huit heures du matin. Elle savait qu’elle avait devant elle des élèves déjà assez âgés, de la cinquième à la septième année. Il sembla à la jeune professeure utile de les faire travailler sur un grand classique de la métamorphose : les sortilèges de transfert, d’apparition et de disparition. Déplacer des objets était une compétence utile en métamorphose, en ce qu’elle permettait d’aisément se simplifier la vie. C’étaient aussi des enchantements qui demandaient un certain doigté.

D’un geste de baguette magique elle fit apparaître sur les tables des gros cubes de couleurs vives. L’un de ces cubes tomba directement sur le crâne d’un serdaigle assoupi qui n’était autre que Swan Lawson… il n’y avait pas eu de place sur la table pour le faire apparaître, et puisque la magie faisait bien les choses, la chute du cube avait sans nul doute réveillé le dormeur.

« Vous, là, bas, l’élève de Serdaigle assoupi. Votre nom, je vous prie ? Il y a d’autres lieux pour dormir que durant mon cours. Si je dois vous reprendre à nouveau, ce sera quinze points de moins pour votre maison, à la troisième remarque, c’est la retenue ! »

La jeune femme souriait légèrement.

« Nous étudierons, pour le reste de l’année, certaines des capacités magiques les plus pratiques qui soient : les enchantements de transfert qui permettent de modifier des objets, les enchantements de disparition et ceux d’apparition. Nous allons commencer avec des objets inanimés, nous continuerons avec des êtres vivants, végétaux, animaux, si vous faites preuve de suffisamment d’adresse ! »

Elle gardait savamment le transfert humain sous le coude, sachant que les cours de transplanage étaient là pour pallier cet enseignement là pour les septièmes années. Lily prit un cube échoué sur une table vide du premier rang.

« Je vous montre. »

Elle le posa sur son bureau et se concentra brièvement. Elle connaissait fort bien la formule et le procédé pour l’avoir pratiqué des dizaines de fois en compagnie de Severus lorsqu’ils révisaient leur BUSE ensemble.

« Le sortilège de transfert non pas le plus courant mais le plus général est l’incantation ‘Metamorphosis’. Pour l’utiliser, il vous faut penser précisément à la partie de l’objet que vous voulez modifier et ce en quoi vous voulez le transformer. Par exemple... »

Elle pointa sa baguette sur le cube rouge devant elle.

« Metamorphosis. »

Le cube vira au bleu turquoise.

« Mais ce n’est pas fini. »

Nouvelle visée avec la baguette, nouvelle incantation.

« Metamorphosis »

Le cube expolosa en une nuée de papillons qui voletaient dans la classe. D’un coup de baguette magique, l’enseignante ouvrit la fenêtre pour leur permettre d’aller explorer le monde.

« Vous comprenez bien, je pense, la difficulté de ce sortilège : il vous faut un pouvoir de concentration important pour l’utiliser, et surtout visualiser très précisément l’effet que vous désirez obtenir. Parce que cet enchantement est général et signifie simplement ‘je veux transformer une chose en une autre’, il est difficile à employer. C’est pour cela qu’il existe d’autres formules plus spécifiques. ‘Fera Verto par exemple, pour transformer un animal en verre à pied. »


Elle eut un large sourire en mettant ses mains dans les poches tandis qu’un de ses papillons venait se poser sur sa chevelure.

« Mais je sens que vous aimez la difficulté : à vous ! Concentrez vous sur le cube, visualisez la propriété que vous voulez altérer. Commencez par quelque chose de simple : sa couleur, sa forme, sa dureté, sa taille, sa matière, et lancez-vous ! Si rien ne se passe, concentrez-vous et insistez.  »

D’un œil attentif, elle observait la classe, accrochant au passage l’étrange regard que se jetaient un Serpentard et un Gryffondor. Ces deux-là allaient-ils lui faire un remake de James Potter contre Severus Rogue ?
Codage (c) Lily Evans
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Né Moldu
Métier/Etudes : Sixième année
Statut amoureux : Bof
Nombre de Gallions : 129
Parchemins écrits : 38
MessageSujet: Re: Cours de métamorphose 1 (5e-7ee années) Jeu 7 Juin - 22:39
Et en effet, je rêvais. De mon dragon, Brutus le Grand, qui gobait les cons d'une bouchée juste après les avoir cuit à point de son souffle embrasé. On volait jusqu'au bout du monde ensemble, toujours plus dans le ciel, jusqu'à ce que le dioxygène vienne à nous manquer et que l'on redescende tous suffocants. Comme le vol sur balai en dix foi mieux. Ce que je serai bien avec mon dragon, je le métamorphoserai en lézard pour le faire tenir dans ma poche comme ça je l'aurai toujours sous la main et puis, et puis... "Aïeuuh !" Brutus se fondit dans le décor de la salle de métamorphose tandis que je me redressai en sursaut. La jolie professeure n'était pas si gentille que ça. Elle menaçait en plus de ça, d'enlever des points. Ouuuuh ce que je tremblais de peur, voilà bien longtemps que les points ne m'intéressaient pas, c'était carrément futile de vouloir être les meilleurs surtout que c'était juste de la manipulation d'élèves afin de les pousser à la culpabilisation en cas d'échec. Ouep, je m'étais penché sur le sujet pour démontrer par a plus b que j'avais raison de pas participer à cette mascarade. Les retenues, par contre, cela ne m'arrangeait pas, j'avais d'autres trucs à faire que de rester dans une salle à enlever des graffitis au coton-tige ou autre corvée un peu débiles. Je grommelai un "Swan Lawson", me retenant de balancer un autre nom en bizutage de la nouvelle professeure (mais cela m'aurait valu trop d'heures de colle alors bon...).

Maintenant Miss Evans-Potter - ce genre de nom à rallonge, avec le Potter qui pullulait beaucoup trop dans le monde magique en plus - faisait mumuse avec ses cubes en discourant. Je pris des notes, juste pour la forme et pour ses jolis yeux mais je ne fis pas trop l'ébahi devant l'envol de papillons. Blablabla Metamorphosis, blablabla, difficulté, blablabla, concentration, blablabla, Fera Verto c'est trop easy, blablabla, modifier la texture/dureté/couleur, blablabla, à vous... Ca me rappelait vaguement les sims là, où l'on prenait la tapisserie, on bidouillait et on finissait avec les murs couverts d'herbe... Oh, faudrait que je tente ça chez mes parents, de la re-décoration à coup de Metamorphosis, ce serait cool. Je notai l'idée sur mon parchemin, d'une écriture trois fois plus soignée que le reste avant de regarder mon cube dans le blanc des yeux. A nous deux assommeur de Swan endormi !

Elle avait dit couleur d'abord. Et concentration. Je sortis ma baguette, fermai les yeux quelques instants, imaginant un joli bleu mer. Ok, go, "Metamorphosis !". Je baillai un coup avant de regarder le résultat. Bon, c'était du bleu mais pas du bleu mer. Je recommençai, mieux. Couleur, check. Maintenant, forme, testons le parallélépipède. Du premier coup, yeaaaaah. Et maintenant, maintenant le truc de taille, modifier plusieurs paramètres en même temps, LA chose fortement interdite en expérimentation scientifique. Sauf qu'on était pas en sciences mais en métamorphose et que l'on m'avait sauvagement réveillé alors que mes cernes prouvaient que je devais dormir, que c'était vital pour ma croissance et ma santé mentale. Alors mon cube plus cubique, j'allai me le transformer en oreiller bleu électrique comme la crête de mon futur Brutus. Concentration. Couleur : bleu électrique, pas si loin du bleu mer. Forme : déjà faite en gros, peut-être arrondir un iota. Texture : douce-plumeuse. Dureté : du moelleux. Taille : la quadrupler. Matière :tissu. Concentration. "Metamorphosis !" Et un oreiller distordu, un. Il fallait le visualiser sans doute plus que ça, imaginer plonger sa tête dedans pour y dormir. Oh ce serait bien, ce serait bon, puis je serai en forme après, je pourrai aller finir ma potion test-mélange de philtre de paix et de Felix Felicis un peu simplifié, un truc qui ferait planer encore plus haut que la prof de divi. Après, j'en revendrai et je m'achèterai tout un tas de bouquins avec mes gallions. Faudrait que je trouve un truc qui rende accro pour fidéliser le client aussi... "Metamorphosis !"

Fin alternative, en absence de MDJ, faite moi le plus bel oreiller du monde svp:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Pureté Divine
Métier/Etudes : Vous pourrir la vie, et parfois vous récompenser.
Statut amoureux : Détesté de tous.
Nombre de Gallions : 105
Parchemins écrits : 27
Totales et Absolues.
MessageSujet: Re: Cours de métamorphose 1 (5e-7ee années) Sam 9 Juin - 18:07
Sort lancé : Metamorphosis.


Résultat : 8 (Ça s'améliore pour toi xD)

Réussite Critique. Nous avons écouté tes prières : tu as obtenu le plus bel oreiller du monde.

Point xp: 10XP
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Pur
Métier/Etudes : Serpentard - préfète - 6e année
Statut amoureux : Celibataire
Nombre de Gallions : 170
Parchemins écrits : 42
MessageSujet: Re: Cours de métamorphose 1 (5e-7ee années) Dim 10 Juin - 14:03
Solveig était de ces élèves toujours à l’heure. Elle aimait la précision et la ponctualité. Il n’y avait par conséquent rien d’étonnant à ce qu’elle soit là en temps et en heure dans la classe. Elle fit partie, toutefois, des derniers arrivés avant que la professeure ne ferme la porte. La jeune Serpentard reconnut un camarade de classe, Caecus Avery. Sang Pur. Elle se souvenait de ce que lui avait toujours dit son père : tu fréquentes les Sang Purs, et tu laisses les Sang de Bourbe de côté. Elle alla, sans un mot, prendre place à côté du jeune homme, en lui jetant à peine un regard. Elle s’était vite rendue compte qu’obéir à cette ordre paternel était le meilleur moyen pour avoir un peu de paix tant du côté de son père que du côté des autres Serpentards : la force brute et la pureté du sang étaient deux choses qu’ils respectaient encore assez, même si c’était totalement incompréhensible aux yeux de la jeune fille.

L’enseignante commença une tirade sur la dangerosité de sa matière, Solveig décrocha presque immédiatement. Elle avait son parchemin sous la main. Le fameux. Celui sur lequel elle écrivait non pas ses pensées mais sa Grande Théorie Unifiée de la Magie. C’était tout de même plus intéressant que la loi de Gamp. Elle entendit au loin la voix d’Asao répondre à l’enseignante et leva la tête pour jeter un œil à l’élève de Pouffsouffle. C’était aussi son plus proche ami, et cela ne plaisait pas toujours dans son entourage direct. Mais la jeune fille n’en avait cure, en réalité : si les mystères de la génétique demeuraient obscurs pour les sorciers qui s’entêtaient à se marier entre eux, en vase clos, explosant le taux de consanguinité de leurs familles, elle n’allait tout de même pas jouer les nounous, si ?

Elle tenta de raccrocher au cours lorsqu’elle entendit une formule qu’elle connaissait bien : Metamorphosis. Cela allait, c’était dans ses cordes. Elle trouvait que ce sortilège était parfaitement fascinant : un cas d’école passionnant. C’était ce qu’elle appelait « une formalisation partielle ». Vite, ses notes.

Objet : Metamorphosis
Hypothèse : formalisation partielle de la magie
Explications : Le sortilège ne décrit pas précisément l’effet voulu : la volonté et la concentration ont une grande importance dans sa réalisation. La formule est ainsi un focus partiel, elle exprime l’intention de la métamorphose sans toutefois cadenasser son effet. Enchantement souple qui formalise tout en laissant une part lui échapper. Formalisation partielle. Ce type de formule souple est plus complexe car moins descriptif.


Elle avait déjà travaillé ce sortilège sur le plan théorique, et avait réussi à le lancer une fois ou deux avec un succès mitigé. Elle n’était donc pas totalement novice. Elle plaça devant elle son cube orange fluo après avoir soigneusement dégagé la table. Elle ferma les yeux et calqua sa respiration sur le souffle lent des branches qui bruissait sous le vent d’hiver. Elle voulait commencer par quelque chose de simple. Changer la forme puis la matière, ce serait bien.

Solveig se laissait guider par la lenteur de son souffle et l’image mentale précise qu’elle avait en tête. Avoir une mémoire photographique était particulièrement précieux quand il s’agissait de reproduire quelque chose qu’elle avait vu. Elle s’appesantit un instant sur la courbe du bouton de rose qu’elle imaginait : une simple petite goutte de sang et de verdure. La rose ouverte serait pour plus tard. La jeune serpentard leva sa baguette, rouvrit les yeux, et lâcha un premier « Metamorphosis ». Elle était suffisamment concentrée pour que l’image de la matière qu’elle désirait lui vienne tout de suite en tête. « Metamorphosis ».

Si tout allait bien, il y avait désormais un bouton de rose de cristal finement ciselé devant elle.

Codage (c) Lily Evans - 629 mots


HS : je compte sur toi pour la rose de cristal, gentil petit MJ de mon coeur !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Pureté Divine
Métier/Etudes : Vous pourrir la vie, et parfois vous récompenser.
Statut amoureux : Détesté de tous.
Nombre de Gallions : 105
Parchemins écrits : 27
Totales et Absolues.
MessageSujet: Re: Cours de métamorphose 1 (5e-7ee années) Dim 10 Juin - 18:47
Sort lancé : Metamorphosis.


Résultat : 6

Sort réussi, et ce avec brio. Félicitations.

Point XP: 10 XP
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Mêlé
Métier/Etudes : Elève de 7ème année
Statut amoureux : Célibataire
Nombre de Gallions : 1592
Parchemins écrits : 895
MessageSujet: Re: Cours de métamorphose 1 (5e-7ee années) Mer 13 Juin - 23:42

ft. Trop de gens

"Hey,... Bonjour Madame Potter !"


Le regard noir du Sang Pur n’attisa qu’un peu plus la fierté du jeune Lion. Cachant au fond de lui la dimensionnalité douloureuse que cette histoire impliquait, à laquelle il n’était lui-même pas immunisé. Il repoussa inconsciemment avec violence son altercation avec sa batteuse la veille qui l’avait tout de même bien secouée. Envahi pendant toute la dernière soirée par toute cette colère et cette exaspération. L’humiliation et l’inquiétude s’y ajoutant dans un cocktail peu fameux qu’il n’arrivait pas encore bien à analyser.
Ce qui, au fond, lui convenait encore pas mal, lui permettant encore de pouvoir faire le paon devant ce blond qu’il haïssait. Ce rival – dont il n’avait même pas conscience – qui arrivait à faire ressortir le pire en lui en un claquement de doigt. Et ce depuis des années – mais à cette intensité que dernièrement tout de même.

En revanche, comme pour un dernier affront, il ne s’attarda pas plus à ce maudit idiot. Qu’il aille pourrir dans son coin, ça ne ferait de mal à personne. Connor se forçant complètement à l’ignorer pour un peu plus humilier le vert et argent. Ce qui en soit, et sur l’instant, fut la meilleure des choses à faire pour tout le monde, puisqu’il ne constata pas l’intérêt subitement porté sur lui de la part du Serpentard.
Une attention un peu trop particulière et appuyée qui aurait surement provoquée dans l’immédiat le brun. Lui qui se trouvait dévoré par l’envie de voir le blond baisser les yeux depuis leur duel. Il désirait sa vengeance.

Et il se l’était promis : il l’aurait d’ici peu. Ayant pour seul projet d’humilier l’autre demeuré et lui faire regretter ses menaces. Même les ravaler. Comment avait-il pu oser proférer de telles choses sur ses parents ? L’enfoiré..!
Ainsi, pour atteindre son objectif, il ne savait qu’il ne se priverait d’aucune occasion qui se présenterait à lui. Beaucoup trop de choses rentrant maintenant en compte dans leur animosité : la finalité du duel qui lui brûlait encore l’égo du Lion, la proximité du blond avec Siobhán et leur relation - dont il ne doutait de la nature depuis la discussion avec la jeune brunette -, ainsi que de ce tout ce que l’Avery représentait dorénavant au fond pour chacun de leurs camarades : un danger.

Il pouvait être comique de s’imaginer l’Irlandais en preux chevalier, mais ce dernier prenait soudainement ce rôle bien à cœur. Décidé au fond de son avenir quand il aurait fini Poudlard, mais déjà prêt à protéger les autres dans l’enceinte du château s’il s’y devait. On aurait pu trouver ça bien triste pour un jeune homme qui n’était qu’à un mois de ses dix-huit bougies de penser ainsi et à ça surtout, mais le jeune homme avait irréversiblement grandi ; la guerre l’y poussant d’une certaine manière.

Ainsi, Connor balança un regard sur la classe. Combien d’entre eux avaient conscience de la lourdeur de la situation actuelle ? Tous quasiment, il en était persuadé. Ses camarades et lui pouvaient être jeunes certes, mais ils n’en étaient du moins pas assez bêtes encore pour rester stoïques face au danger qui rôdait autour de leurs proches dehors ; parents, frères, sœurs, proches et amis. Surtout avec les évènements récents qui les conservaient, pour une grande majorité d’entre eux, assez secoués. L’horreur dont était capable ces demeurés de Mangemorts les marquant. Avery avait trouvé sa juste place parmi eux.
Mais au final, combien iraient à se battre ? Surement pas le quart d’entre eux. Ce qui révulsait véritablement le brun.

Son intérêt s’offrant à cet instant à leur enseignante. Il repensa à son histoire personnelle – que tout enfant sorcier qui se respectait connaissait. Elle aussi avait surement dû prendre l’âge de ses élèves la même décision que Connor considérait depuis un moment, devina-t-il. Tout comme son mari à l’époque. Surement devait-elle voir en ses classes une sorte d’image réminiscente de sa propre jeunesse. Qui n’avait pas été loin de sa mort en fin de compte.
Il eut une légère sueur froide à cette constatation. Mais savait que sa décision était désormais sans appel. Revoyant pendant un instant les larmes de sa propre mère, dans ses bras, quelques semaines plus tôt. Les ventre se serra, accompagné d’un violent pincement au cœur.

Sur l’instant, le regard perdu sur le visage de la rouquine, sa curiosité le poussa à se demander si à l’époque de l’enseignante beaucoup parmi les élèves de Poudlard s’étaient souciés des temps noirs qui approchaient – tels que ceux dont les nuages assombrissaient déjà l’avenir de tout un chacun présent dans cette salle.
La question lui tarauda bien l’esprit pendant tout le temps où l’enseignante faisait la démonstration de son sort. Le faisant cligner des yeux seulement à l’apparition de la nuée de papillons qui finit par capter vaguement son attention. S’attardant plutôt dans cette présentation du sort au seul point positif que l’exercice proposé par leur professeur pouvait représenter : un entrainement. Certes, pas véritablement productif, mais le peu qu’il pouvait apporter le satisfaisait. Lui qui n’était obnubilé que par l’unique idée de devenir plus puissant dernièrement.

Des cubes apparurent alors devant chaque élève, dont Connor ne tarda pas à attraper le sien dans ses mains pour l’examiner de plus près. Comprenant aux dires de la rousse qu’ils seraient les supports du cours. Inconsciemment, face à l’exercice il se laissa redevenir un élève pour un temps. Abandonnant de côté ses lourdes pensées qui venaient assombrirent son moral de côté, pour reprendre ce rôle dans lequel il était plus légitime.

L’objet s’avéra ne rien avoir de passionnant et ne lui inspira pas grand-chose de prime abord. Surtout qu’il ne voulait pas s’arrêter à changer banalement la couleur de l’objet, comme certains dans la classe s’attardaient à le faire. Et surtout, il se savait posséder les capacités – surtout en métamorphose – pour s’essayer déjà l’étape supérieure : transformation entière de l’objet. Mais il coinçait sur une chose très simple : en quoi ?

Comme un peu désespéré face à cette interrogation - l’inspiration n’était pas son fort -, il laissa ses prunelles céruléennes glisser vers les autres élèves qui commençaient leurs propres métamorphoses. Observant apparaitre des objets tous très différents les uns des autres à la place des cubes, dont même un oreiller de la part de Lawson qui ne le surprit pas. Et eut plutôt le don de lui arracher un sourire amusé et quelque peu moqueur. Il y des gens qu’on ne changera jamais visiblement. Enfin, il pouvait parler…

Et c’est dans cette prospection d’une inspiration qu’il s’aperçut du blond qui continuait à le fixer avec un air impassible sur le visage. Le corps d’un coup soumis à divers frissons d’horreur alors qu’il plissa du nez un instant face à ce spectacle. Il voulait quoi encore celui-là ? s’impatienta-t-il.
Ses yeux dardant ceux de l’autre abruti d’un regard noir pour oser continuer son petit manège même lorsque Connor venait de le remarquer.

L’idée germa alors aussitôt, de transformer son petit cube en quelque chose d’utile. De blessant, petit, sournois. Comme l’autre abruti en somme. Sa pensée s’égara alors du côté de l’invention d’un poignard. Fantasmant soudainement sur cette envie malsaine de se servir de ses talents de lanceur – perfectionnés avec le Quidditch depuis tant d’années - pour envoyer l’objet pile dans un des deux yeux de l’autre demeuré. De les lui crever pour qu’il arrête ce petit manège.
De plus, l’Avery osait maintenir leur échange de regard ce qui le révulsa quelque peu. Surtout que l’Irlandais s’était promis de lui faire baisser le regard et admettre qu’il n’était qu’une cause perdue.

«
Qu’est-ce que tu fais ? T’es tombé amoureux d’Avery ou quoi ? le ramena à l’instant présent son ami et voisin de table avec une mine moqueuse. »

L’air menaçant qu’il offrit à ce perturbateur - ce qui n’eut pour seule réponse de provoquer chez ce dernier un rire bien plus amusé que le précédent -, il reporta son intérêt au cube entre ses doigts. Bougonnant quelques insultes quand même au passage pour l’autre blond qui ne cessait de le fixer. Connor sentait le regard du vert et argent brûler sa nuque, et en fut beaucoup dérangé – et agacé- ce qui attisa un peu plus les pouffements de son camarade à ses côtés.

Tous savaient que le Serpentard et le Lion ne se supportaient pas, et c’était toujours agréable pour eux de les voir procéder à leurs petites confrontations. Ignorant la présence du récent venin qui s’était déversé entre les deux jeunes hommes, et de sa toxicité non négligeable.
Mais comme pour reprendre un peu la tête haute face aux moqueries de son ami, Connor abdiqua à se mettre enfin à l’exercice. Usant de sa dernière envie de meurtre. Il ferma les yeux.

Son esprit visualisa alors une petite dague forgée en acier, où, sur le manche, trônait une tête de lion rugissante – petite fantaisie qu’il lui sembla parfaite s’il voulait vraiment s’en prendre au blond avec. Ses doigts captant sa baguette qu’il avait posée négligemment sur son pupitre peu avant, il darda l’objet vers son petit cube lorsqu’il rouvrit les yeux. L’arme se précisant malignement dans son esprit, la composant même mentalement d’une ligne courbée qui apporta une certaine élégance à l’œuvre finale.

«
Metamorphosis, s’essaya-t-il finalement. »









Défis Réussis du Pack Gallion:
 

▿ ⬘ ▴ ◈ ▾ ⬙ ▵

A soldier on my own
Imma ready for the fight, and fate. Let the games begin. Waiting for the last round's call. Keep on running this shit. Imma be the kid for the win.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Pureté Divine
Métier/Etudes : Vous pourrir la vie, et parfois vous récompenser.
Statut amoureux : Détesté de tous.
Nombre de Gallions : 105
Parchemins écrits : 27
Totales et Absolues.
MessageSujet: Re: Cours de métamorphose 1 (5e-7ee années) Mar 19 Juin - 16:28
Résultat des dés:
 

*Le cube pointé par Monsieur Stevens commence à se remodeler et, au bout de quelques instants, prend la forme d'une petite dague en acier, cependant, grossièrement forgée. La lame manque de tranchant, et la tête de lion gravée sur le manche manque de finitions et de finesses ; et ressemble également difficilement à un lion si l'on ne regarde pas la gravure de près. La courbe définie par la dague est également grossière et abrupte, cependant, cette dague n'en reste pas moins une arme de choix pour une bagarre de rue, à utiliser avec précaution.*

Gain d'xp = 6 xp
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Cours de métamorphose 1 (5e-7ee années)
Revenir en haut Aller en bas
Cours de métamorphose 1 (5e-7ee années)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Cours de métamorphose n°1.
» Règlement du cours de Métamorphose
» Inscription Cours n°1 - [1ère année ; 5ème année]
» Deuxième cours de Métamorphose (Deuxièmes années)
» Cours de Runes n°3 [3eme année]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Return Of Voldemort :: Poudlard :: Premier étage :: Salle de Métamorphose-
Sauter vers: