En quête de lumière - pv. Joe Miller
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Hors Jeu :: Poudlard
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Mêlé
Métier/Etudes : Professeur de défense contre les forces du mal - prof de potions par intérim - directeur de Serpentard
Statut amoureux : Always hers
Nombre de Gallions : 1449
Parchemins écrits : 386
MessageSujet: En quête de lumière - pv. Joe Miller Dim 13 Mai - 18:25


En quête de lumière

ft. Joe Miller
Ce n’est pas le premier étudiant que je convoque dans mon bureau aussi suis-je accoutumé à ces instants d’attente qui précèdent la rencontre. Assis derrière mon nouveau bureau, loin des cachots que j’ai hantés si longtemps, j’observe la vaste fenêtre qui laisse pénétrer une clarté diaphane dans l’office. J’ai l’air d’une tache d’ombre dans l’ambre et l’acajou de mon bureau. Mes anciens élèves n’en auraient pas cru leurs yeux. Je me suis longtemps réfugié dans les ombres… Mais depuis ma résurrection, j’aspire à la lumière. Une vasque posée près de la fenêtre capte les moindres reflets du soleil et les diffracte au sol. Un bol de cristal pour servir de prisme. J’achève une liasse de papiers administratifs : je viens d’acheter le lieu parfait en puisant sur mes ressources financières propres. Puisque je cède mon bureau, ma réserve d’ingrédients et mes appartements à mon futur successeur de potions, il me faut un nouvel endroit à occuper pour me permettre d’accomplir mes recherches. J’ai trouvé, à l’extérieur de l’établissement, à Pré-au-Lard, un lieu parfait.

Je suis désormais l’heureux détenteur de la Pierre Philosophale, une échoppe de potions, élixirs et ingrédients rares. Je me suis longtemps creusé la cervelle pour savoir ce qui pourrait convenir, et puis mon œil est tombé sur mes vieux manuels d’Alchimie, cours que j’avais suivis en sixième et septième année de mes études à Poudlard. Les travaux de Nicolas Flamel se sont imposés comme une évidence, et l’enseigne représentant une grosse gemme rouge est criante de vérité.

La seule pierre philosophale à ma connaissance a été détruite il y a des années de cela, mais je garde un souvenir ému de l’installation des dispositifs de protection à laquelle j’avais participé. Je me suis remémoré sans peine l’éclat profond et lie-de-vin de la pierre, sa façon de capter la lueur des flammes, et son apparente innocence. Nicolas Flamel est un alchimiste dont j’ai toujours admiré profondément les travaux, et plus ma vie avance, plus je sens l’urgence d’embrasser toute entière cette quête infinie de compréhension du monde, de jeu avec ses composants les plus élémentaires. Jusqu’à puiser au cœur même des secrets du monde. Comme le sorcier illustre qu’il était a eu raison de se jeter à corps perdu dans cette voie. Il faudrait peut-être que je trouve un tableau de lui pour l’afficher dans la boutique… Et je suis très tenté de mettre aussi quelques photos de nos jeunes années à Lily et moi dans le club très select d’Horace Slughorn… Sans doute pourrais-je même trouver quelques photos de Regulus et de toute la petite bande, je dois les avoir encore quelque part…

Mais je me suis perdu encore dans mes pensées. J’achève promptement la signature ultime de l’acte d’achat de ma boutique, range les documents d’un coup de baguette, et sors, sur mon bureau, deux morceaux de parchemins sur lesquels dansent l’écriture ronde et juvénile de Monsieur Miller. Le premier me signifie son admiration, le second m’assure qu’il sera là à dix-neuf heures, ce soir, dans mon bureau. J’ai encore un peu de temps pour songer tandis que le soleil décroît avec lenteur derrière l’horizon, nimbant le ciel d’une multitude de lueurs vespérales. Je me lève pour aller à la fenêtre histoire de départir mon dos de cette détestable rigidité qui le gagne lorsque je suis trop longuement assis. Bientôt, la nuit tombe, et comme par magie la pièce s’illumine. L’âtre crépite avec douceur d’une flambée claire, et je me détourne enfin de la fenêtre. J’ouvre machinalement l’un des tiroirs de mon bureau pour y mettre un peu d’ordre. Je trouve une poignée de friandises que j’ai confisquées à Monsieur Watnabe : il y a là des Chocogrenouilles, une Patacitrouille, quelques Fondants du Chaudron, et un Fizwizbiz entamé… Nom de Dieu, qu’allait-il donc en faire ? Petit déjeuner ? En cours ? Foutus élèves ! Ces petits démons prennent de plus en plus systématiquement le pli de faire la grasse matinée : résultat, ils sont en retard, fatigués et insolents. Et qui est la victime de leur manque d’ardeur au travail ? Le professeur ? Bien sûr que non : eux-même. L’autre jour, encore, ce Swan Lawson lui avait fait le coup de piquer du nez en cours de Défense contre les forces du mal. Je l’ai sanctionné, bien sur, mais avec un élan que je ne me connaissais pas. Un peu comme si j’avais eu une bouffée de sympathie pour ce jeune serdaigle toujours à côté de la plaque, mais néanmoins plus brillant que ce à quoi on pourrait s’attendre de la part de quelqu’un qui passait le plus clair de son temps à dormir…

Je ressens pour mes élèves des sentiments que je n’avais que peu souvent avant ma résurrection : une sorte d’inclination cordiale que tous les enseignants se doivent, je crois, de ressentir pour être de bons pédagogues. C’est très nouveau pour moi, un peu comme si je coiffais le chapeau professoral d’un autre… Toutefois, toutes ces bouffées de bons sentiments qui m’étreignent le coeur ne font pas pour autant de moi un géant de papier susceptible de s’embraser à la moindre chandelle. Je garde soigneusement une bonne partie de mon image d’antant : sombre, noir comme un loup, toujours un plan derrière la tête, semble-t-il, et dénué de tact autant que de courtoisie. Ça, c’est pour la face du monde. C’est pour les apprentis aurors et autres joueurs de quidditch bien-pensants qui veulent se faire un mangemort, c’est pour ceux qui croient que la direction de Poudlard et le ministre de la magie sont irresponsables de me faire confiance. Pour tous ces gens, je demeure le troll que l’on aime haïr, la face de gobelin, le sang-mêlé qui hait les moldus, le mage noir terrible.

Et puis il y a les autres. Une poignée à peine. Ceux et celles qui voient en moi autre chose que le fantôme de ce que je fus jadis. Et parmi eux, il y a Lily. Il y a celle qui me guide chaque jour un peu plus vers la clarté. Lorsque je revois mon aveuglement de jeunesse, j’ai honte. Je sais que je ne serai jamais un être blanc et pur comme une licorne. J’ai fait trop de mal pour cela. Toutefois, il y a encore de l’espoir pour moi. Il n’y en a jamais eu autant, à vrai dire.

L’heure approche. Je tapote du bout de la baguette magique sur une vieille lampe posée sur le bureau. Une sphère de lumière blanche, magique, embrase le cristal contenu dans l’abat-jour de cristal, et jette sur les murs et ma bibliothèque personnelle une clarté presque diurne. Les tranches de cuir fatigué, de toile élimée, de papier bon marché se battent en duel sur les rayonnages de noyer pour savoir qui captera le plus finement la pâleur de l’aurore artificielle. L’or vermeil des tranches luit faiblement.

Quelques coups à la porte précédés par une vague de sentiments reconnaissables entre mille. Je n’ai même pas besoin de légilimancie pour identifier le nouvel arrivant. Je l’accueille de mon ton sec habituel.

« Entrez, Monsieur Miller. »



1177 mots
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: En quête de lumière - pv. Joe Miller Lun 14 Mai - 18:22
En quête de lumière
Les lettres que Joe avait envoyées à son professeur préféré lui avaient valu une convocation dans son bureau, le jeudi à 19 h 00 pétante. Le jeune homme lui avait dit qu'il serait là, à l'heure, pour lui expliquer l'admiration qu'il avait pour lui. Bien qu'il fut en colère et déçu de ce qui s'était passé la dernière fois, Joe ne lui en tenait pas rigueur, il l'avait oublié en fait... Le professeur n'aurait jamais dû lui répondre de cette manière, car l'adolescent ira tout raconter à sa mère dans une de ses lettres qu'il lui enverra par hibou. Le Serdaigle croyait que Rogue n'était pas aussi froid et dur qu'il le pensait, mais il s'était trompé sur toute la ligne ! Alors que l'heure approchait, le jeune homme s'était mis en route pour ne pas louper la convocation de son professeur. Il ne savait franchement pas quoi lui dire de plus, que ce qu'il avait déjà écrit dans ses lettres. Est-ce que l'homme aux cheveux gras lui retirera des points et le mettra en retenue par la suite, ou bien avait-il enfin compris qu'il n'était qu'un simple admirateur ? Il verra bien... Une fois arrivé devant sa porte, Joe toqua trois fois pour signaler sa présence. Comme d'habitude, la voix de Severus Rogue était froide, ça n'impressionnait même plus le jeune homme.

Bonsoir, professeur.

Disait-il avant qu'il ne l'invite à s'asseoir en face de lui. L'adolescent était un peu stressé à l'idée d'être ici...

Ai-je fait quelque chose de mal ?

Demanda-t-il en serrant ses poings. Nerveux et stressé, Joe avait peur de ce qu'il pourrait lui dire, suite à leur petite altercation de la dernière fois...
‹c› Vanka
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Mêlé
Métier/Etudes : Professeur de défense contre les forces du mal - prof de potions par intérim - directeur de Serpentard
Statut amoureux : Always hers
Nombre de Gallions : 1449
Parchemins écrits : 386
MessageSujet: Re: En quête de lumière - pv. Joe Miller Mer 16 Mai - 0:29


En quête de lumière

ft. Joe Miller
J’observe d’un œil neutre Joe Miller entrer dans le bureau vivement éclairé. Il est assez évident qu’il semble mal à l’aise. N’importe qui le serait compte tenu de nos dernières rencontres… Cet enfant – car c’est bien ce qu’il est – lui avait avoué qu’il « admirait ce qu’il faisait »… C’était pour le moins une révélation qui prêtait à questionnement. Et des questions, j’en ai, et même beaucoup. Je l’invite d’un geste à entrer dans le bureau, fermer la porte derrière lui et s’asseoir. Je l’entends marmonner un « Bonsoir professeur » des plus polis, mais il est évident que ce n’est pas cette question là qui le taraude.

Non, c’est une autre qui finit par franchir la barrière de ses lèvres et qui résonne dans la pièce. Il a dû porter avec lui cette question depuis ma missive. Je suis même à peu près certain que c’est ce qui le travaille.

« Ai-je fait quelque chose de mal ? »

En entendant sa question, je songe immédiatement à la lettre de Lily. Voit-il seulement à quel point son attitude peut-être dangereuse ? Sans doute pas. Il n’a sans doute pas conscience non plus d’à quel point il me serait aisé de retourner contre lui sa fascination… N’est-il pas là malgré le coup de frayeur que je lui ai fait subir ? A sa place… qu’aurais-je fait ? Je me suis tu avec Lily, je ne me suis pas battu assez, à l’époque, pour conquérir son cœur.

« Vous n’êtes pas ici pour subir des remontrances ou vous voir gratifier d’une retenue, monsieur Miller. »

Ce qui est la stricte vérité. Ce cas est au-delà des méthodes coercitives. Ainsi que l’a très justement indiqué Lily, ce garçon a sans doute moins de plomb dans la cervelle que ce que l’on pourrait escompter, il faut donc agir avec prudence et intelligence, deux qualités qui ne m’ont jamais fait défaut avant ma résurrection, mais que mes sentiments pour elle altèrent parfois.

« Vous êtes ici pour répondre à une question simple... »

Je laisse ma demande en suspens, et joins les mains devant moi. J’entremêle mes doigts et m’appuie sur mes avant-bras. Je formule enfin ma demande en articulant distinctement et en frappant chaque accent d’un ton sec.

« Pourquoi m’estimez-vous digne de mériter votre admiration ? »



367 mots
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: En quête de lumière - pv. Joe Miller Mer 16 Mai - 20:53
En quête de lumière
Ouf, l'adolescent fut soulagé de constater que non, il n'était pas ici pour être puni, mais pour expliquer au professeur pourquoi il lui avait dit son admiration. Il ne savait pas trop comment le lui dire en fait... Il cherchait ses mots face à son professeur préféré, ce n'était pas chose simple, connaissant le caractère de Rogue et puis la dernière fois qu'ils s'étaient vu, ça avait très mal terminé...

Je vous écoute, professeur.

Alors, c'était pour ça qu'il l'avait convoqué... Il fixa son professeur et lui répondit à nouveau pour bien lui expliquer.

Pourquoi ? Tout simplement parce que j'apprécie beaucoup le fait que vous soyez froid, distant envers certains de mes camarades, mais ce n'est pas tout, professeur. J'aime également la façon dont vous préparez les potions et les cours de défense contre les forces du mal. Depuis que je suis à Poudlard, j'ai très vite su que vous seriez mon professeur préféré et je ne m'étais pas trompé. Je n'avais jamais osé vous l'avouez avant, de peur que vous réagissiez comme vous l'avez fait la dernière fois. Même si vous n'acceptez pas le fait qu'un élève vous admire, je resterai un de vos fans, monsieur.

Il fit une pause.

Si vous n'acceptez toujours pas mon admiration professeur, je n'aurai plus qu'à sortir de votre bureau et je comprendrai très bien. Je ne vous dérangerai plus avec ça.

Comment allait-il réagir maintenant face à ces révélations ? Le jeune homme le cachait depuis longtemps au plus profond de lui. Enfin, il venait enfin de tout expliquer au professeur. Même s'il avait eu beaucoup de mal à se lancer au début...
‹c› Vanka
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Mêlé
Métier/Etudes : Professeur de défense contre les forces du mal - prof de potions par intérim - directeur de Serpentard
Statut amoureux : Always hers
Nombre de Gallions : 1449
Parchemins écrits : 386
MessageSujet: Re: En quête de lumière - pv. Joe Miller Ven 18 Mai - 10:11


En quête de lumière

ft. Joe Miller
Je me demande si Joe Miller a conscience de ce qui se joue là, lorsque j’entends sa voix m’égrener des platitudes sur mes capacités d’enseignant, sur la façon dont je prépare des potions et autres inepties de ce genre. Je pourrais exploser en lui disant qu’il se trompe de personne, qu’il n’admire qu’une image, qu’une poupée de paille, mais je ne le fais pas. J’ai désormais la certitude que cet enfant – car il n’est définitivement que cela : un enfant – se berce d’illusions à bien d’autres égards. Qu’il se méprenne sur moi, soit. Cela ne lui coûtera pas la vie, tout au plus un peu d’amour propre. Qu’il se méprenne sur la magie noire, ce pourrait devenir plus inquiétant. J’ai mené ma petite enquête, et ai entendu dire qu’on le voyait souvent avec des Serpentard, et qu’il lui arrivait occasionnellement de se moquer des « sang de Bourbe »…. voilà un jeune homme en colère, comme je le fus jadis, et qui s’apprête vraisemblablement à faire les mêmes bêtises que moi. Vais-je tenter de l’empêcher, de le sauver ?

Non.

Mais je dois au moins l’avertir.

« Ce n’est pas la vraie raison de votre admiration, Monsieur Miller. »

J’ai laissé tomber cette phrase dans un soupir, et je m’adosse à la bibliothèque toute proche, les bras croisés sur la poitrine.

« Vous ne me révérez pas parce que je suis un professeur à votre goût, ni pour mon comportement. Vous n’avez sans doute que faire de mes aptitudes à l’enseignement. Vous m’admirez parce que je représente ce à quoi vous aspirez : la puissance, la grandeur, les pouvoirs qui naissent des ténèbres. Vous vous intéressez à la magie noire, Monsieur Miller ? »

Ma voix n’est ni froide ni chaleureuse, seulement neutre : c’est un constat et je suis à peu près certain de ne pas me tromper. Puisqu’il ne veut pas, de lui-même, aborder ce sujet, il me faut le provoquer un peu. Les accusations que je profère, en pareil contexte, sont d’une rare dangerosité : il ne fait pas bon, avec le retour du Seigneur des Ténèbres, de prendre à la légère cet aspect des choses.


363 mots
[
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: En quête de lumière - pv. Joe Miller Ven 18 Mai - 19:57
En quête de lumière
Très étonné par ce qu'il lui disait... S'il était attiré par la magie noire ? Oui, mais personne ne le savait au château, même pas ses amis les plus proches. Bien sûr, il traînais souvent avec les serpentards dans les cachots, mais ça n'était pas une raison pour dire ça... Il se redressait sur sa chaise et répondit un peu déstabilisé... Il ne savait pas pourquoi il lui disait cela, mais ça le mettait mal à l'aise... Il allait l'avouer et que risquera-t-il après ça ? Son renvoi immédiat de l'école ? Il ne l'espérait pas...

Je ne vais pas vous mentir, professeur. Oui, c'est bien pour cette raison que je vous admire, mais... Comment l'avez-vous su ?

Demanda-t-il très sérieusement en croisant les bras. Il ne se souvenais plus que son prof préféré était légilimens ou un truc dans le genre, enfin, il pensait... Comment pouvait-il dire qu'il ne l'admirait pas pour ses prouesses en potions et autres ? C'était faux, mais il ne lui dira pas. Comme la dernière fois, le professeur Rogue restait buté quand il lui disait qu'il n'était qu'un simple admirateur. Décidément, il avait du mal avec ce mot. Très bien, qu'il fasse comme ça lui chante, le jeune homme s'en foutais royalement maintenant. Qu'il pense ce qu'il veule, ça ne l'empêchera pas de continuer à être admiratif de ce qu'il fait ! Que cela lui plaise ou pas d'ailleurs. Oui, il se répétait, mais il voulait lui faire comprendre, même si c'était, une fois de plus, peine perdue... Il avait beau tout essayé, rien n'y faisait...
‹c› Vanka
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Mêlé
Métier/Etudes : Professeur de défense contre les forces du mal - prof de potions par intérim - directeur de Serpentard
Statut amoureux : Always hers
Nombre de Gallions : 1449
Parchemins écrits : 386
MessageSujet: Re: En quête de lumière - pv. Joe Miller Sam 19 Mai - 11:46


En quête de lumière

ft. Joe Miller
Joe Miller entre enfin dans le vif du sujet. Il n’a pas nié, c’est déjà un bon point. S’il l’avait fait, de toute façon, son corps aurait menti pour lui. Il s’est redressé étrangement et a réagi à mon accusation.  Je suis satisfait de n’avoir pas à extraire de force de son esprit un aveu. Je pourrais le faire, c’est un jeune homme dont les émotions sont trop mal dissimulées pour son propre bien, mais enfin… Je doute que Minerva McGonagall, à qui je dois mon poste, m’ait recruté pour traumatiser des enfants de seize ans…

Je ne vais pas vous mentir, professeur. Oui, c'est bien pour cette raison que je vous admire, mais... Comment l'avez-vous su ?

Eh bien tout de même ! Il aura donc fallu tant de temps pour que ce jeune homme atterrisse ? Je me dis, avec le recul, que je ne devais probablement pas valoir beaucoup mieux que lui dans ma jeunesse. Dieu merci, j’ai un peu mûri, depuis. Ce n’est pas son cas. Il est encore si naïf, si innocent… Je me demande s’il a jamais été tourmenté. Si sa quête de puissance n’est pas que le fruit de sa jeunesse. A vrai dire, je m’en moque. Qu’il fasse ses choix comme nous les faisons tous, mais qu’il les fasse en pleine conscience.

« Vous êtes prévisible, monsieur Miller. »

Ma voix est un peu sèche. Je suis agacé.

« Vous êtes jeune, vous êtes à serdaigle. Vous fréquentez néanmoins des serpentards, insultez les nés-moldus quand vous en avez l’occasion... »


Je laisse mon explication en suspens.

« Et puis un beau jour, je vous vois errer dans les couloirs : vous me proposez votre aide, vous m’avouez que vous êtes « fan »... »

J’ai frappé le mot « fan » d’un accent de dédain.

« Je vous repousse, mais vous m’envoyez une missive tout de même pour me réaffirmer votre… « admiration ». »


Je laisse planer quelques secondes de silence et en profite pour repasser derrière mon bureau et lui faire face. La conclusion est logique, même si elle a semblé lui échapper.

« Il était évident que vous attendiez quelque chose de moi, Monsieur Miller. Je me suis donc demandé quelle était vraisemblablement l’image que vous aviez de moi, et ai fait quelques recherches dans les dossiers de l’école. Votre mère a été soupçonnée d’appartenir aux partisans du Seigneur des Ténèbres, je crois ? »

Les secondes s’égrènent.

« Alors, dites-moi en toute franchise – et je le saurai si vous me mentez – qu’espérez-vous de moi, Monsieur Miller ? ».



327 mots
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: En quête de lumière - pv. Joe Miller Dim 20 Mai - 13:48
En quête de lumière
C'était vraiment compliqué d'avoir une discussion avec le professeur Rogue. Joe commençait sérieusement à se demander s'il avait bien fait, après tout, de lui dire qu'il était fan... Il aurait certainement dû se retenir, ça aurait éviter qu'il soit en ce moment même, dans le bureau de son prof favori...

Vous savez déjà tout sur moi, ou presque. Je n'arrive pas à trouver les mots.. Je suis désolé, j'aurai dû vous laisser tranquille avec mes lettres, je m'en rends compte à présent.

Il soupirait, mais pas d'agacement, plutôt de peur. Oui, il l'avouait, il avait un peu la trouille de ce que pourrait lui faire Rogue. Ce n'était pas n'importe qui en même temps... L'adolescent sentait qu'il devenait un peu blême face à lui...

Oui je... C'est exact.

Il fit une pause.

Honnêtement ? J'aimerai beaucoup avoir de l'attention de votre part en cours, professeur, mais pas seulement. Si vous me le permettez, j'aimerai également avoir un peu d'aide pour apprendre la magie noire et aussi une relation amicale, vous et moi.

C'était ce qu'il cachait au plus profond de lui depuis le début de l'année scolaire. Si après tout ça, le professeur Rogue refuse toujours son admiration, Joe ne comprendrai pas...
‹c› Vanka
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Mêlé
Métier/Etudes : Professeur de défense contre les forces du mal - prof de potions par intérim - directeur de Serpentard
Statut amoureux : Always hers
Nombre de Gallions : 1449
Parchemins écrits : 386
MessageSujet: Re: En quête de lumière - pv. Joe Miller Lun 21 Mai - 19:05


En quête de lumière

ft. Joe Miller
Je commence enfin à voir la conversation prendre un tour qui me satisfait : Joe Miller est désarçonné. Je sens son trouble, il doit sans doute se demander ce qui lui est passé par l’esprit le jour où il a eu la bonne idée de me faire cette singulière déclaration. J’entends ce qui ressemble à des excuses, et qui est, je dois dire, plutôt plaisant.

« Vous savez déjà tout sur moi, ou presque. Je n'arrive pas à trouver les mots.. Je suis désolé, j'aurai dû vous laisser tranquille avec mes lettres, je m'en rends compte à présent. »

ça, jeune homme, il aurait sans doute fallut y penser plus tôt. J’attends l’aveu qui doit suivre, celui qui me dira enfin ce qu’il cherche. Je vois à son visage son malaise : il a pâli et semble désormais aussi blanc et translucide qu’un fantôme. J’en éprouve un certain plaisir : on ne perd pas ses habitudes comme cela. Mettre mal à l’aise est un jeu dans lequel je suis habile et qui me plaît. Surtout dans ce type de situation. Je dois avoir gardé un certain goût pour la maîtrise de la situation : je déteste quand les choses m’échappent.

« Oui je... C'est exact… Honnêtement ? J'aimerai beaucoup avoir de l'attention de votre part en cours, professeur, mais pas seulement. Si vous me le permettez, j'aimerai également avoir un peu d'aide pour apprendre la magie noire et aussi une relation amicale, vous et moi. »

Je déteste quand les choses m’échappent : je déteste donc tout à fait cordialement cette situation. Je suis à deux doigts de le lui faire répéter, juste pour être certain d’avoir bien compris. Je pousse un profond soupir, demeure à ma place, et plonge mes yeux dans ceux de ce jeune Monsieur Miller. Je sais qu’il ne m’a pas menti. Comment l’aurait-il pu ? Je ne décèle pas même une once d’arrogance ou de sarcasme dans sa voix. Je ne sais pas bien si je préfère l’honnêteté à l’ironie…

« Monsieur Miller, je crois que vous vous méprenez sur mon compte. »

Je pousse un long soupir et m’adosse à mon siège. Pour la première fois, peut-être, ma voix s’est adoucie.

« Je ne sais pas ce que vous connaissez de moi, mais il est évident que je ne peux répondre favorablement à aucune de vos demandes. Vous êtes un de mes élèves, à ce titre je ne suis ni votre ami, ni votre parent. »

Je laisse planer quelques secondes en sachant pertinemment que je vais regretter ce que je m’apprête à faire. Ma voix se fait plus basse, presque un chuchotement rauque.

« Quant à être votre mentor, monsieur Miller, et à vous guider dans les difficiles et exigeantes voies des arts occultes… Avez-vous seulement l’étoffe d’un mage noir ? Pourriez vous me suivre sur les chemins les plus tortueux et subtiles ? Je ne vous parle pas ici de balancer en beuglant des Doloris comme la plupart des imbéciles qui servent le Seigneur des Ténèbres. »

Ma voix est devenue profonde. J’ai parfaitement conscience de la fascination que j’exerce sur ce jeune homme. Je l’ai su d’emblée. Il veut jouer dans la cour des grands alors qu’il n’en a clairement pas l’étoffe ? Il n’a pas voulu tenir compte de mon avertissement de la dernière fois ? Très bien, voyons jusqu’où il est prêt à aller au nom de ses chimères. Je me lève vivement, contourne le bureau, et m’approche de lui jusqu’à lui prendre le menton dans une main, presque avec douceur. Je le force à me regarder dans les yeux et lâche à voix basse.

« Je vous parle d’emprisonner les sens de vos victimes, Monsieur Miller, d’instiller en eux des pensées subtiles qui ne leur appartiennent pas pour manipuler leur esprit. Je vous parle de tuer sans lever votre baguette, de torturer sans recourir au Doloris. Je vous parle d’emprisonner dans un flacon jusqu’à l’âme de votre ennemi et de la subtilité des poisons et des élixirs qui embrasent les veines de celui qui les boit. Je vous parle de pouvoir et de grandeur, Monsieur Miller. Avez-vous les épaules de vos ambitions ? Serez-vous capable de détruire entièrement votre âme, votre corps, et tout ce en quoi vous croyez pour parvenir à vos fins ? Pourrez-vous sacrifier jusqu’à votre existence pour ne devenir plus qu’un réceptacle pour les forces des ténèbres ? »

Je lâche son menton presque dans une caresse et me détourne.

« Si vous n’êtes pas prêt à mourir pour la seule grandeur des arts occultes, Monsieur Miller. Quittez ce bureau et n’y revenez pas. »

Le choix est désormais sien.


776 mots

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: En quête de lumière - pv. Joe Miller Mar 22 Mai - 14:35
En quête de lumière
Profondément déçu, choqué et énervé, Joe n'en croyait pas ses oreilles... Alors, comme ça, Rogue refusait catégoriquement toutes ses demandes. Il était retombé très bas dans son estime maintenant. L'adolescent ne lui fera plus jamais confiance et ne l'aidera plus non plus. Son admiration s'est envolé d'un coup... Il n'aurait jamais dû avoir cette conversation avec lui, s'il avait su qu'il lui répondrait comme cela...

Mais je... Non, professeur.

C'était la vérité. L'adolescent ne se sentait pas encore capable de sacrifier sa vie ainsi. Son professeur avait entièrement raison et le jeune homme commençait enfin à ouvrir les yeux. Depuis le début, Rogue voulait lui faire comprendre qu'il n'était pas l'homme auquel il pensait et Joe en avait la preuve... Il ne comprenait pas bien les paroles de son ex prof préféré, mais en tout cas, une chose est sûre: il se vengera quand il sera devenu mangemort. Même si toutes les paroles de Rogue ne lui faisaient plus rien.

Il ne pouvait répondre face à toutes ces questions. Bien sûr que non il ne pourrait pas torturer ses victimes sans un sort impardonnable et encore moins tuer sans baguette... Sans un mot, le jeune homme se leva de la chaise en ne lançant aucun regard au professeur Rogue, puis claqua violemment la porte du bureau dans lequel il se trouvait. La colère avait envahi Joe et il était préférable qu'il aille dans sa salle commune que de traîner avec les Serpentards, il en avait plus que marre de faire des efforts pour qu'au final, Rogue refuse tout.
‹c› Vanka
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: En quête de lumière - pv. Joe Miller
Revenir en haut Aller en bas
En quête de lumière - pv. Joe Miller
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Obélisque de lumière
» 05. Petit échauffement | Edena P. Miller
» [Quête] Une lumière dans les ténèbres
» Edena P. Miller - If Cenderilla was modern, I will be her!
» Mac miller Sign

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Return Of Voldemort :: Hors Jeu :: Poudlard-
Sauter vers: