L'heure du duel [Connor & Alys]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Poudlard :: Les Tours :: Tour Nord :: Salle de classe de Divination
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Mêlé
Métier/Etudes : Professeur de Divination
Statut amoureux : Libre comme l'air
Nombre de Gallions : 566
Parchemins écrits : 235
MessageSujet: L'heure du duel [Connor & Alys] Jeu 10 Mai - 21:57
L'élève ne poussa pas l'insolence à défier l'Alys désarmée, il ne poussa même pas du tout l'insolence. Juste un roulement des yeux que la rouquine ne remarqua pas, trop occupée à se demander si elle passait ou non par les cuisines maintenant qu'elle s'était recrutée un élève qui conviendrait parfaitement pour le réchauffage de son bureau. Cependant, l'appel du café fut le plus fort. Puis il avait l'air un peu tristoune-songeur-mélancolique le petit, alors rien de tel que de racketter du chocolat aux elfes pour se requinquer. "On fait un détour avant." Ton sans appel, toute façon, c'était elle qui décidait et non, elle n'abusait pas de son peu de pouvoir. Elle fit signe à... Machin ? de la suivre et se rendit d'un pas léger chatouiller la poire du tableau qui gardait l'entrée des cuisines. Elle réclama aux elfes du café non sans les remercier puis le jeune homme, il n'avait plus qu'à commander. Un brin de causette avec les créatures, une tasse fumante qui lui apparut dans les mains, parfait.

Ravitaillée en survie liquide, Alys manqua d'oublier qu'elle venait de mettre une heure de colle à effet immédiat. Elle marqua un temps d'arrêt sur le visage du sorcier - il avait quoi ? 17 ans ? - avant de se ressaisir. Ah oui... Plus qu'à retourner dans sa salle glacée, des étages au dessus. Tout plein d'escaliers à gravir, rien de tel pour se muscler. Depuis qu'elle avait été engagée en septembre, elle n'avait jamais eu les jambes en aussi bonne forme (ou aussi courbaturées, cela dépendait du point de vue). Elle entama les hostilités durant leur ascension. "Bon, Monsieur... " Elle laissa le blanc pour qu'il complète. "Comme tu le sais sans doute," un jour, elle vouvoierait les élèves "les duels dans les couloirs ou autres accrochages, c'est..." Pas bien ? Non, laisser la phrase en suspension, envoyer un sourire à un tableau parce que le type peint avait une drôle de tête, revenir sur le sujet. "Du coup, je peux savoir ce qui t'as poussé à enfreindre le règlement ?" Est-ce que cela sonnait pro comme phrase ça ? Alys n'était pas une grande accro des heures de colle alors elle n'avait pas de réserves de phrases toutes faites. Il faudrait qu'elle en demande à l'occasion à ses collègues, cela devait pouvoir se négocier.

Enfin, sa porte apparut, au bout d'un couloir, lui même au bout d'un couloir. Des gros malades ceux qui avaient tracé le plan de l'école, aucun doute là-dessus. La sorcière l'ouvrit d'une pichenette et fit signe à Connor d'y entrer. Retour dans les moins quinze degrés, il devait vraiment y avoir un problème dans son bureau. Une fenêtre cassée ou un délire comme ça. Pourtant, Alys avait regardé et n'avait rien noté de spécial. Bizarre. Peut-être que quelqu'un l'avait ensorcelé mais elle n'avait aucun contre-sort pour parer aux maléfices de glaciation en tête. Elle ramassa sa baguette qui traînait sur une pile de parchemins et raviva le feu de cheminée d'un coup sec. Les flammes se réveillèrent aussi tôt et menacèrent de quitter le foyer. Si cela continuait comme ça, elle allait surtout réussir à faire cramer la pièce. Elle haussa les épaules, elle pourrait peut-être obtenir un bureau plus sympathique que celui-ci s'il venait à disparaître. Maintenant, s'occuper de Connor.

"Ta punition sera simple. Dégivrer les boules de cristal..."Elle les désigna d'un mouvement : une pyramide pas très stable d'une trentaine de globes rayés par les années au service de l'éducation. Peut-être même que sur une, il y avait le Alys  qu'elle se souvenait vaguement avoir gravé en quatrième année. "Sans magie, évidemment." C'était trop facile sinon. Elle, pendant ce temps, allait le regarder faire, assise sur le bureau en buvant son café.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Mêlé
Métier/Etudes : Elève de 7ème année
Statut amoureux : Célibataire
Nombre de Gallions : 818
Parchemins écrits : 963
MessageSujet: Re: L'heure du duel [Connor & Alys] Lun 14 Mai - 15:35

ft. Alys Irvine

"On a le droit de lever sa baguette sur un professeur au moins ?"


Jugeant le professeur qui se tenait en face de lui, Connor abdiqua et se montra docile. Détaillant tout de même la rousse – qui était une belle femme, ça il ne pouvait le nier. Mademoiselle Irvine, se souvint-il. Pourtant son air un peu dans la lune lui rappela immédiatement pourquoi  il n’avait jamais aimé la divination. Un truc de perchés. Il plissa un peu le nez.
Connor n’avait jamais eu la moindre affinité avec cette branche de la magie. Etant plus terre à terre, avec un intérêt prononcé pour les magies d’un type plus actif que devoir se casser le cul à lire des feuilles de thé. Surtout, le jeune homme n’avait aucunement la profondeur d’esprit pour ce type d’analyse. Etant plutôt direct. Il ne savait déjà pas lire entre les mots quand il discutait avec une fille – un véritable enfer !-, alors la divination et ses subtilités ce n’était clairement pas pour lui.

Il se laissa guider par la rousse, non sans regarder une nouvelle fois en direction du virage qu’avait emprunté l’Avery. Il lui ferait la peau à celui-là… Il ne tiqua quand elle annonça un détour, mais s’attendant plutôt à ce qu’ils passent dans la salle des professeurs, il cligna des yeux en la voyant se diriger vers les cuisines. Un peu amusé par le ridicule de la situation, surtout quand elle chatouilla la petite poire sur le tableau d’entrée. Il était censé être en colle, non ? Cette enseignante était vraiment inhabituelle…
Mais plutôt enclin à lui aussi profiter de la situation, un sourire goguenard sur le visage qu’il ne prit pas la peine d’effacer quand le professeur lui lançait des regards – elle ne semblait même pas s’en rendre vraiment compte de toute façon. Plutôt passive, et clairement je-m’en-foutiste. En y repensant, il aurait peut-être préféré un professeur comme ça à la suite de Martinelli que l’autre aux Cheveux-Gras. Il fit une moue boudeuse pendant un instant en revoyant mentalement la tronche de son actuel professeur de Défense des Forces du Mal.

Il ne nota même pas qu’il râlait intérieurement après la mort de leur ex-professeur. Ne prenant pas conscience qu’avoir Rogue en enseignant n’était pas véritablement comparable au triste destin de l’ancien duelliste. Mais il ne pouvait s’empêcher d’être totalement insolent et égoïste. Surtout après le duel qu’il venait de vivre – et qu’il avait perdu. Ecorchant son égo.
A ces souvenirs, il fut attrapa un des muffins que lui tendait l’un des elfes de maison chargés de la cuisine. N’offrant pas vraiment de regard à la créature, mais un simple « Merci ». Ce n’était pas vraiment pour rabaisser ce petit serviteur, en règle générale même il se montrait plutôt respectueux envers eux. Juste son moral ombrageux lui tenaillait le cœur. L’idée de gagner en puissance venant l’obnubiler soudainement.

Il observa du coin de l’œil l’enseignante tout en venant porter le gâteau à sa bouche, son autre main libre jouant de ses doigts nerveusement avec sa baguette. Un peu intrigué de se retrouver quand même dans cette partie du château. Au moins il aurait quelque chose à raconter en rentrant à la tour – approuva-t-il. Mais pour ce il allait tout d’abord devoir réfléchir à un bon mensonge pour expliquer le pourquoi il s’était fait coller. Après tout il n’avait aucune envie d’assumer devant ses amis qu’il venait de perdre lamentablement un duel. Surtout contre l’autre demeuré.

Lorsque l’enseignante eu assez de sa pause gouter – ou plutôt café de ce qu’il en eut l’impression -, elle lui lança un coup d’œil. Malgré le manque évident d’autorité de la part de ce petit bout de femme, le jeune sorcier ne se formalisa pas à essayer de discuter pour qu’elle abandonne toute tentative de le trainer en colle. Un peu trop embrumé encore. Puis il avait gagné un muffin en consolation.
Il se contenta de la suivre. Non sans souffler en se rappelant d’où se trouvait la salle de la divination où la rousse avait clairement l’intention de se rendre. En fait cela avait dû lui paraitre tellement évident en fait qu’elle ne le notifia pas. Il ne put s’empêcher tout de même de grimacer à l’idée de devoir gravir tout Poudlard. Mais bon, au moins il ne serait pas très loin de la Tour Gryffondor sur le retour. Voyons le côté positif, ironisa-t-il mentalement.

Sur le chemin il l’écouta vaguement. Indiquant son nom quand elle sembla l’attendre d’un simple :

«
Stevens. Connor Stevens. »

Et c’est alors qu’elle lui déballa le discours en lequel elle semblait elle-même croire qu’à demi – distraite même en plein milieu par les tableaux aux murs, ce qui lui arracha un fabuleux sourire moqueur. Qui s’évapora tout aussitôt quand elle lui demanda la raison de son altercation précédente avec l’Avery. L’envie de répondre tout bêtement : « Parce que cet enfoiré a un tatouage que j’aime pas. » lui picotant la langue.

Mais il ne put se permettre d‘être honnête pour une fois. Avery était un cas qu’il voulait gérer tout seul. Il avait conscience que c’était un peu stupide et puéril, mais il n’acceptait aucunement les menaces qu’il avait proféré sur sa famille et ses proches. Jugeant soudainement de la découverte qui avait conduit à leur combat comme personnelle. Il aurait pu dénoncer le blond, et savait que ça aurait été dans l’intérêt de tous. Pourtant il ne pouvait être raisonnable avec ce cafard. Ce lâche qui avait couru comme une fillette à toutes jambes lorsque la rousse était intervenue.

Il revit l’air supérieur que cette vermine avait pris sur son visage, le plaisir qu’il avait eu à lui apprendre pour la proximité entre lui et Siobhán, désirant toujours un peu plusle rabaisser. Lui faire mal. Tapant là où ça piquait. Mais ce demeuré ne valait rien ! Tout du moins pas plus qu’un maudit chien du Mage Noir, voué à lui lécher le cul et à pleurer pour qu’il épargne sa pauvre vie d’idiot en échouant à sa première mission – ce qu’il ferait certainement, il ne savait accomplir quelque chose. Il eut un sourire mauvais.
Ça c’était une idée ! Et si le revenant pouvait avoir l’envie de s’entrainer au sortilège de la mort sur le blond ? Connor ne s’ne plaindrait pas. Il trouverait même l’ironie de la situation délicieusement jubilatoire. Quitte à ne pas pouvoir botter le cul de l’autre demeuré. Que que s’il pouvait bien l’amocher avant, ce serait tellement parfait…

Alors, pour tout réponse qu’il adressa au professeur, il haussa les épaules en prétextant un « il m’avait insulté. » à demi-honnête. Parce qu’en soit ce n’était pas totalement faux. L’existence de cet idiot était une insulte en elle-même. Alors qu’ils doivent respirer le même air, vivre dans le même château, entre les mêmes murs, proches tous les deux des mêmes personnes le rendait dingue. Plus jamais il n’accepterait de le voir en présence de sa batteuse. Quitte à devoir annoncer lui-même à Siobhán la nature de son cher petit copain. Il s’en ferait même un véritable plaisir. Amer à l’idée qu’ils puissent être plus qu’amis – déjà que juste l’amitié était un stade que sa jalousie tolérait peu.

Il détourna les yeux, la laissant le guider à travers les couloirs. A vrai dire, le garçon n’avait qu’une vague idée d’où se trouvait la salle, et encore plus de ce à quoi elle ressemblait. Ce serait une grande première pour lui. Ayant toujours rigolé à l’idée d’avoir des cours de Divination. Et puis quoi encore ? On l’avait bien regardé ?
La rousse et le jeune sorcier atteignirent finalement la fameuse salle, après avoir slalomé parmi les différents couloirs. Il râla intérieurement à l’idée qu’il aurait surement mieux fait de la stupefixer en fin de compte, un peu agacé dès le début. Mais il ne put quand même s’empêcher de sourire : la salle était tellement reculée à travers l’école qu’il commençait à se demander si ce n’avait pas été voulu. Histoire d’écarter toutes ces personnes un peu trop « spéciales ».

L’enseignante ouvrit la porte d’un petit coup de doigt sur la surface en bois, et le laissa entrer en premier. Il fut automatiquement accueilli par le mordillement désagréable d’un froid qui régnait dans la pièce. Venant se passer les mains sur ses bras en  fronçant les sourcils. Y avait un problème ici non ?
Il lança un regard interrogateur à l’enseignante par-dessus son épaule pendant qu’elle récupérait sa baguette sur une pile de parchemins. Il haussa les sourcils. Elle avait vraiment laissé sa baguette comme ça à l’autre bout du château ? Quelle drôle de sorcière elle faisait. Quoi que peut être que dans sa discipline, elle n’en avait pas trop l’utilité.
Il trouva tout de même ça étrange. Surtout après les dernières attaques qui avaient sévies entre ces murs récemment.

Elle se contenta aussitôt de créer un feu dans la cheminée de la pièce. Au moins, la pièce était dotée d’un appoint en chaleur. Mais laissant la douce chaleur venir les cueillir, il songea à cet étrange climat dans la pièce. Au moins il comprenait un peu mieux pourquoi l’enseignante venait à fuir les lieux. Mais il eut un sourire amusé en voyant les flammes crachoter en haussant un sourcil. La magie élémentaire n’était surement pas son fort.
Encore les lèvres étirées il accueillit le regard de l’enseignante – très belle femme, ça il pouvait comprendre Stevenson. Mais qui se transforma en grimace lorsqu’elle lui annonça sa punition. Il suivit son regard qui le mena vers une table d’appoint où ces maudites boules étaient empilées dans une pyramide régulière. Tant sous l’horreur qu’il ignora l’image du professeur en train de les ranger, se retrouvant fière de sa composition finale – idée qui aurait eue normalement pour effet d’un peu l’égayer dans son malheur.

Il souffla en foudroyant du regard les sphères qui semblèrent le narguer sur le moment. Et dire qu’on étudiait sur ces conneries, lui qui avait toujours était persuadé qu’elles étaient juste bonnes à faire de la fumée quand on les touchait – un type de farce et attrapa pour donner un semblant de spiritisme. Une bien belle arnaque. Longeant de ses yeux de leur surface légèrement tachetées par endroit de givre parmi les rayures qu’elles arboraient. L’agacement montant. Mais il ne fut pas au bout de ses peines, s’étranglant sur sa dernière phrase en tournant aussitôt la tête vers elle, alors qu’il allait brandir sa baguette pour régler l’affaire.

«
Et je suis censé faire quoi ? rigola-t-il ironiquement du tac-au-tac. Me poser dessus comme une poule ? »

En voyant les yeux de l’enseignante s’arrondir il haussa les épaules, assumant tout de même ses mots.

«
Au pire on peut les mettre dans le feu, ça ferait l’affaire, proposa-t-il encore en jugeant sur l’instant l’idée avec sérieux. »









Défis Réussis du Pack Gallion:
 

▿ ⬘ ▴ ◈ ▾ ⬙ ▵

A soldier on my own
Imma ready for the fight, and fate. Let the games begin. Waiting for the last round's call. Keep on running this shit. Imma be the kid for the win.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Mêlé
Métier/Etudes : Professeur de Divination
Statut amoureux : Libre comme l'air
Nombre de Gallions : 566
Parchemins écrits : 235
MessageSujet: Re: L'heure du duel [Connor & Alys] Lun 4 Juin - 0:17
Le niveau de son café descendait trop rapidement à son goût, elle allait devoir refaire un tour dans la cuisine sous peu à ce rythme. Ou alors, claquer des doigts pour faire venir un elfe, peut-être plus pertinent, peut-être pas. Ou envoyer Connor lui en chercher mais c'était risqué une fuite d'élève et le spectacle du jeune homme en train de couver. Elle n'avait pas relevé l'ironie, juste l'idée, et elle l'avait trouvé très bien. Surtout à imaginer. Sourire. "Mais si tu veux, évite juste de les casser. Elles ont tendance à devenir opaques quand on les répare trop souvent..." La proposition suivante était nettement moins drôle, elle haussa les épaules, peu emballée. Elle jeta un coup d’œil à la cheminée, le feu crépitait plus que nécessaire, elle aimait bien le bruit que ça faisait. Oui, mettre les boules de cristal près du feu réglerait la punition en environ cinq minutes, pas très intéressant. Elle but une nouvelle gorgée de café, les yeux vissés sur l'élève.

"Ce serait beaucoup trop facile. Allez vas-y, trouve une autre idée !" Ou fais la poule monsieur l'Insulté. Insulté et susceptible d'ailleurs. Quelle idée de provoquer un duel pour de simples mots, surtout quand on le perdait derrière. Nouvelle gorgée de café, balancement des jambes, elle s'ennuyait un peu perchée sur son bureau. "Il était au club de duel ton adversaire, pour que tu perdes ?" Parce qu'il avait plutôt l'air fort l'élève. Elle se souvenait qu'il y a quelques années, quand elle croisait un gars du genre Connor, elle changeait presque de couloir. Ca respirait trop la confiance en soi ces bêtes là et elle devait avoir un peu peur de la contamination à l'époque. Maintenant, elle était au sommet de la chaîne alimentaire des habitants de Poudlard alors elle n'était plus trop impressionnée. Alys Irvine, 26 ans, presque contente de ne plus craindre les adolescents, c'était un progrès déjà, non ? Elle s'alluma une cigarette, tant pis pour le tabagisme dans lieux public, il n'avait qu'à pas faire si froid. Puis elle s'ennuyait aussi, alors elle détailla son élève en tirant sur sa clope.

Grand, cheveux bruns, yeux bleus-verts. Possiblement musclé, très possiblement même vu la carrure des épaules. Beau ? Ouais, objectivement, ça allait, quoique pas sa came : elle ne donnait pas dans le petit jeune. Elle soupira : sa tasse de café était vide, elle ne se souvenait même plus de l'avoir finie. Elle regrettait un peu d'avoir collé Connor, elle s'était en quelque sorte collée par la même occasion et elle ne pouvait plus quitter la pièce pour vadrouiller à droite à gauche. La prochaine fois, elle ferait celle qui n'a rien vu, il était d'ailleurs étonnant que ça n'ait pas été le cas toute à l'heure. Malchanceux le garçon, peut-être qu'il avait l'oeil... Nouvelle taffe de cigarette. "Ça t'arrive souvent de te faire pincer si facilement ?" A quel point as-tu mauvais karma ? Elle écrasa sa cigarette dans sa tasse vide et se rapprocha du feu. Un jour, elle saurait pourquoi il faisait si froid ici... Une histoire d'isolation en carton à tout les coups, couplée à la pièce située au sommet de la tour nord donc loin d'être la plus exposée. Dommage, Alys aimait bien le soleil. Les restes de fumée de cigarette lui brûlaient un peu les yeux mais elle ne poussa pas le vice à ouvrir une des fenêtres.

Elle se leva plutôt, dévisageant l'élève encore une fois, songeuse. "Si tu veux, on peut s'entraîner, ça nous réchauffera,..." Pause pour allumer une nouvelle cigarette. "Aux duels. Comme ça, tu perdras pas la prochaine fois et j'aurai pas à te coller. Puis ça fait longtemps que j'en ai pas fait, ça me dérouillera !" Sourire. Elle était plutôt contente de son idée, bien mieux que le déglaçage des boules de cristal qui, de toute façon, ne montraient que des conneries. Elle vira le givre qui les recouvrait d'un coup de baguette ce qui provoqua la chute de la pyramide dans un joli bruit de verre brisé. Elle haussa les épaules, elle n'avait même pas envie de nettoyer : les objets n'en valaient même pas le coup. Par contre, elle profita de la diversion créée pour balancer un premier sortilège en direction de Connor. Un Tarentallegra prononcé à mi-voix. Elle commençait gentiment ou peut-être qu'elle n'avait pas d'autres formules de sortilèges en tête, allez savoir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Pureté Divine
Métier/Etudes : Vous pourrir la vie, et parfois vous récompenser.
Statut amoureux : Détesté de tous.
Nombre de Gallions : 129
Parchemins écrits : 35
Totales et Absolues.
MessageSujet: Re: L'heure du duel [Connor & Alys] Jeu 7 Juin - 17:59
Sort lancé Tarentallegra




Résultat 95


Un sort simple pourtant, mais miss Irvine trop ailleurs fait un échec critique. Son sort se retourne lamentablement contre elle.

En cas de désirs d'annulation du sort Miss Irvine se vera attribué un Malus.


Point xp: 1XP
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Mêlé
Métier/Etudes : Elève de 7ème année
Statut amoureux : Célibataire
Nombre de Gallions : 818
Parchemins écrits : 963
MessageSujet: Re: L'heure du duel [Connor & Alys] Sam 9 Juin - 15:29

ft. Alys Irvine

"On a le droit de lever sa baguette sur un professeur au moins ?"


Les yeux soulignant encore au loin la surface sphérique des boules, le jeune homme se rappela soudainement bien pourquoi il n’aimait pas la divination. Branche de la magie dont il ne voyait pas l’intérêt ni la véritable légitimité. Un peu trop floue et trop subjective pour son esprit fermé. Emmerdante à souhait qui plus est… et ce jusqu’au bout, même quand on ne la prenait pas visiblement, râla-t-il mentalement.
Connor ne fit pas attention au sourire de son professeur suite à sa première proposition – qui avait portée toute l’ironie dont le jeune homme pouvait être capable ; et pas une once de sérieux. A vrai dire, le brun était certes un sorcier de sang-mêlé, mais l’appartenance au monde moldu de sa famille était bien trop éloignée pour qu’il sache comment était un train de vie sans magie. Et s’imaginer faire les choses les plus simples sans. Ainsi, il n’arrivait pas à visualiser comment s’en sortir avec la demande de l’enseignante envers laquelle il tourna un regard interrogateur, en fronçant les sourcils. Perplexe quant à la réaction de la femme. Elle avait vraiment considéré la connerie qu’il venait de dire ?

Il arqua l’instant d’après un de ses sourcils. Ok, vraiment tous des perchées ces soi-disant voyants. Avec au fond l’envie de signaler qu’il s’en moquait qu’elles deviennent opaques. Ce n’était pas comme-ci ces boules de malheur marchaient véritablement en plus, pensa-t-il avec dédain en roulant des yeux. Mais il se garda du commentaire à voix haute en croisant le regard de la rousse. La détaillant à nouveau de haut en bas. Hum… oui il pouvait comprendre Stevenson. Elle n’était vraiment pas laide, ça il ne pouvait que le reconnaitre.

A croire que cette année, la vieille McGonagall avaient décidé de les gâter. Entre Mademoiselle Irvine, et Madame Potter – pour laquelle le jeune homme avait tout de même une grande préférence – la gente masculine de l’école était véritablement comblée. Ça avait en parallèle le mérite de tenir un peu plus les élèves malgré la pression imposée par le contexte actuel. Atténuer leurs craintes en captant un peu plus leur intérêt. Et ça changeait grandement de l’autre Chauve-Souris.
Dodelinant de la tête en repensant à cet homme justement, l’Irlandais afficha un air sombre. Depuis qu’il avait Rogue en enseignant, toute l’admiration qu’il pouvait lui porter pour son ancien rôle dans la précédente guerre s’était évaporée. Le jeune sorcier en était même venu à espérer que le Mage Noir le retrouve pour le tuer tout bonnement  - avec un peu de torture en prime, ça n’aurait pas été de refus. Qu’au moins ce revenant - que personne n’aurait voulu voir se relever – ait une utilité quelconque dans son retour.

L’air vague, il fut rattrapé par la voyante qui lui signifia que sa deuxième proposition était bien trop simple. Il plissa aussitôt le nez. Saleté de sadique ! s’insurgea-t-il mentalement. Son visage devant trahir le fond de sa pensée, alors qu’il ne garda cette fois-ci pas ses mots :

«
Comment ça trop simple ? Vous m’avez dit de les dégeler, y avait pas dans le contrat de trouver la manière la plus… chiante, non il devait se contenir encore un peu : difficile en prime ! »

Offusqué, il se retourna dans un geste vif à nouveau vers la pile, jaugeant de la pyramide ordonnée avec dédain. Il devait y en avoir une vingtaine là-dedans, estima-t-il approximativement. Ça allait déjà lui prendre trente minutes avec sa méthode de jetage dans le feu, c’était bien suffisant comme ça non ? Un peu désespéré face à cette punition à laquelle il n’avait jamais fait face. Lui qui était plutôt habitué à polir les trophées tout rouillés ou récurer les chaudrons en potions – surtout depuis que Chauve-Souris avait fait son apparition.
L’honnêteté reprenant le dessus sur sa conscience il ajouta :

«
En plus ça sert à quoi ? Je les dégèle mais vue la température dans la salle, demain matin elles seront à nouveau dans cet état. Ça n’a pas d’intérêt votre punition. »

Et il savait que le pire dans tout ça c’est qu’il avait raison. La pièce avait un sérieux problème d’isolation. Comprenant maintenant le besoin d’une boisson chaude de la part de la femme, il la laissa boire son café, encore attendant la moindre de ses réponses. Et ne s’attendait aucunement à ce qu’elle choisisse d’en venir à parler de son précédent duel. Le renfrognant aussitôt à ce souvenir.

Sur l’instant il ne savait ce qui le rendait le plus vert à ce souvenir : sa défaite cuisante  - ses talents de duellistes nettement lamentables face à Avery et son entrainement de Mangecrotte dont il était assuré de l’existence -, ou la découverte qu’il avait faite. Cette dernière à double tranchant : le satisfaisant dans la nature de l’Avery dont il s’était toujours douté, trouvant enfin le prétexte parfait pour le séparer de Siobhán, ainsi que la crainte pour elle. Les deux se conjuguant finalement dans une exécration violente quand il se souvint de ce que lui avait appris l’autre blond… Les deux soi-disant meilleurs amis étaient, en plus, plus que ça en fait. Son ventre se tordit sous ce flot d’informations et de sentiments qu’il ne savait encore gérer. La colère perçant finalement ainsi que l’humiliation. Il avait été mené par le bout du nez depuis le début. Elle s’était bien foutue de sa gueule…

Ainsi, en une phrase, le professeur venait complètement de le braquer. Soulignant par la même occasion encore une différence entre Connor et l’autre demeuré : le club de duel. Le brun la regarda d’un coin de l’œil. L’air soudainement ombrageux.
Jusqu’ici jamais il n’avait souhaité venir s’inscrire à ce club. Estimant le Quidditch comme une priorité, ainsi que ce club sans véritable utilité. Mais s’il devait maintenant se battre, et devenir plus puissant pour se mesurer et éclater – littéralement – l’autre idiot, il commençait à penser différemment. Voyant ce club sous un nouvel œil.
Pourtant de mauvaise foi il répondit :

«
Oui, mais bon, c’est pas comme si ça faisait une grande différence. »

Mais au fond, si, ça en faisait une. Pourtant il se refusait de le reconnaitre. Comme d’afficher sa défaite. Bien trop fier pour se le permettre surtout devant une inconnue qu’il n’estimait que pour son physique – l’aspect « voyante » le rebutant complètement, jugeant cette femme sur ce seul paramètre comme l’idiot qu’il était. Bien qu’en temps normal, s’il avait fait un petit effort, il l’aurait surement trouvé amusante. Mais pas maintenant, surtout après cette question aussi. Se remettant en question pendant un instant. Ce qui était clairement inhabituel chez lui – et il détestait faire ça. Reconnaitre que quelque part il n’avait pas fait quelque chose de bien n’était pas dans ses habitudes, il ne le supportait pas.

Ainsi, le jeune sorcier se pinça ses lèvres. Estimant soudainement de la possibilité de faire partie du club de duel. A vrai dire, certains changements derniers sur la gestion du club en question apportaient de nouvelles raisons pour le jeune homme à considérer cette adhésion future. En effet, auparavant, en plus du fait d’être très occupé avec le Quidditch, Connor trouvait ce club à la dérive. Complètement vide. Juste occupé par des gens idiots sans vraiment avoir un soutien d’un enseignant pour vraiment les aider à progresser. Quasiment équivalent à des entrainements en solitaire au final. Sans véritable intérêt de ce fait.

Mais dernièrement, les rumeurs de la reprise par Madame Potter attisaient son intérêt. Hors la beauté de la jeune femme qui ne le laissait pas indifférent – et il était loin d’être le seul – le jeune homme admirait beaucoup cette ex-lionne. Trouvant son histoire admirable. Elle qui s’était battue dès sa sortie de Poudlard comme il en avait le projet de le faire. Sans crainte de se dresser contre ces armées d’idiots de Mangemorts. Une véritable lionne, pour laquelle il portait beaucoup de respect. Rare chose venant de cette boule d’égo et de fierté.

En parallèle, Connor fut aussi très nouvellement intéressé par le club, par la présence en son sein du vert et argent parmi les membres actuels. Soulignant ce nouveau point d’un sourire cynique. Se promettant que s’il venait à se mesurer à lui encore une fois, il allait ne pas se laisser faire. Pas le rater. Sa vengeance se dessinant déjà en plusieurs actes dans son crâne.

Son regard finit par se tourner complètement vers la rousse seulement quand il perçut les premières fumées de cigarette qui lui firent plisser le nez. Il n’aimait l’odeur du tabac qu’il trouvait âcre et désagréable. Sous un regard sévère envers l’objet allumé, il haussa simplement les épaules à la seconde question de l’enseignante.

A vrai dire, Connor n’avait jamais été le plus turbulent de sa promotion, mais avait une bonne place parmi les têtes les plus sanctionnées. Se trouvant assez régulièrement en retenues – notamment à cause des blagues et autres conneries que lui et ses amis faisaient lorsqu’ils s’ennuyaient, ou tout simplement de sa grande gueule quand il n’était pas d’accord avec quelque chose. Il lui arrivait aussi par moments de lancer des sorts contre ceux qu’ils n’aimaient pas, ou qu’il appréciait embêter. Habitude qui s’était grandement accentuée depuis cette année sous les tensions constantes dans les couloirs. Après tout, il avait été l’un des premiers à participer sur cette guerre intérieure, choisissant quelques victimes choisies sur le volet – notamment souvent des Serpentards. Sa préférée ayant toujours été l’Avery qu’il ne supportait pas et à qui il avait toujours eu pour habitude de lancer des vacheries dès qu’ils se croisaient. Parfois quelques sorts quand il savait qu’il ne serait pas pris sur le fait. C’est pourquoi il procéda encore à un haussement d’épaule ; cette conversation, vraiment, ne lui plaisait pas.

«
Ça peut arriver, rétorqua-t-il simplement. »

En fait, c’était surtout que ce soir, il n’avait pas voulu fuir ou se cacher de son altercation récente. N’y ayant pas trouvé le cœur sur le moment. Il se rappela de son état de choc précédent. Toutes ces nouvelles données sous lesquelles son cerveau et son cœur avaient surchauffé. Le néant résultant ses émotions qui s’étaient tant accumulées qu’elles avaient finies par donner naissance à des interactions destructives. Il ferma un instant ses yeux céruléens pendant quelques secondes. Vraiment, il devait devenir plus puissant. Faire regretter ses mots, et même son existence à l’autre demeuré.

C’est pourquoi il accueillit la proposition étonnante de l’enseignante avec une certaine surprise qu’il ne dissimula aucunement. Ha ça, il ne s’y était pas attendu ! L’observant comme si une deuxième tête venait de lui pousser. Il put tout de même distinguer  le sérieux de la femme qui lui apporta une sincère satisfaction et un amusement non feint.
Un sourire goguenard sur les lèvres lui faisant oublier, par l’absurdité de la situation, ses états d’âme. Le ridicule et l’originalité de cette heure de colle ne cessant d’alimenter son air joueur. Il laissa glisser ses prunelles de haut en bas du professeur, cherchant à déterminer une dernière fois si elle ne se moquait pas de lui. Ne prenant même pas la peine de cacher son enthousiasme d’enfant.

«
Vraiment ? furent ses premiers mots véritablement intéressé de cette soirée. »

L’air goguenard venant prendre de l’importance au fil des secondes qui s’écoulaient. Il la laissa allumer sa seconde cigarette, cette fois-ci ne portant aucune attention à la gêne que l’objet lui occasionnait. Bien trop amusé par cette proposition cocasse. Il glissa par réflexe ses doigts dans sa poche, les serrant sur le bois de sa baguette. Le regard fixé encore sur le visage de cette enseignante qu’il commençait à rejuger avec plaisir. L’appréciant soudainement même si elle était vraiment perchée – peut-être était-ce même une bénédiction finalement.

Il resta statique lorsqu’elle décida de dégeler les boules d’un coup de baguette. Remarquant quand même que ça prenait une seconde top chrono. Et dire qu’elle avait voulu qu’il s’en charge à la manière moldue. Quelle perte de temps inconsidérée ! Mais son attention fut emportée lorsque les sphères de verre dégringolèrent de leur équilibre primaire pour venir se briser au sol. L’air moqueur se dessinant avec plus de précision sur son visage. Complètement diverti alors qu’il se disait qu’elle n’était clairement pas douée. Mais ne fut pas au bout de ses surprises.

L’écoutant lancer son sort, avec un hoquet de surprise par cette traitrise ; elle avait attendu qu’il détourne le regarde, la tricheuse ! Il n’eut que le temps de dégainer sa baguette sans même pourvoir invoquer un Protego, pas du tout prêt à ce revirement de situation. Pourtant, il ne regretta pas longtemps son manque de réactivité et diligence puisque lorsqu’elle conjura son sort, avec surprise il vit ce dernier se retourner sur elle-même. Les yeux étonnés posés sur sa silhouette alors qu’il ne retint pas son rire quand les jambes de la jeune femme se murent. L’action se finissant dans la chute de cette dernière qui accentua son éclat de rire. Les larmes aux yeux, il les essuya avec un plaisir non dissimulé. Reprenant son souffle comme il le put.

«
Même pas besoin de se battre en fait, scanda-t-il dans son hilarité, moqueur. »

Avant de finalement la darder de sa baguette, la laissant se relever difficilement. Il oublia sur l’instant la nature d’autorité que le professeur représentait normalement. Un superbe sourire sur son visage. Surement les yeux pétillants qui détaillaient cette adversaire honoraire. Elle venait d’avoir supprimé toutes les pensées qui assombrissaient son esprit. L’amusant, et la satisfaisant sans le vouloir.
Il braqua finalement sa baguette sur elle.

«
C’est traitre d’attaquer les gens dans leur dos Mademoiselle, souligna-t-il avec moquerie. Surement une ex-Serpentard ? Ou au moins avec un gros ascendant. Il n’y a qu’eux pour être aussi fourbes. »

Il se moqua de l’aspect personnel de sa question. Puis vu l’enseignante, ce n’était pas elle qui allait s’en offusquer se douta-t-il avant d’ajouter :

«
Vous avez du mal avec vos jambes non ? Laisse-moi vous aider, la nargua-t-il finalement sur son précédent échec, avant de conjurer à son tour : Locomotor Mortis. »

En effet, il allait en avoir des trucs à raconter sur ce soir.









Défis Réussis du Pack Gallion:
 

Selon la finalité du sort:
 

▿ ⬘ ▴ ◈ ▾ ⬙ ▵

A soldier on my own
Imma ready for the fight, and fate. Let the games begin. Waiting for the last round's call. Keep on running this shit. Imma be the kid for the win.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Pureté Divine
Métier/Etudes : Vous pourrir la vie, et parfois vous récompenser.
Statut amoureux : Détesté de tous.
Nombre de Gallions : 129
Parchemins écrits : 35
Totales et Absolues.
MessageSujet: Re: L'heure du duel [Connor & Alys] Mar 19 Juin - 17:12
Résultat des dés:
 

*Monsieur Stevens n'a même pas besoin de se concentrer plus que de raison, sa baguette et la magie obéissent et les jambes d'Alys se collent l'une contre l'autre, et, raides, entraînent la professeur dans une chute lourde et bruyante ; celle-ci s'en tirera avec quelques bleus et un amour propre violé par un élève.*

Gain d'xp = 8xp
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : Mêlé
Métier/Etudes : Professeur de Divination
Statut amoureux : Libre comme l'air
Nombre de Gallions : 566
Parchemins écrits : 235
MessageSujet: Re: L'heure du duel [Connor & Alys] Sam 7 Juil - 16:07
A quel moment avait-elle rouillé au point de rater un sortilège de niveau deuxième année ? Enfin, techniquement elle ne l'avait pas raté hein, il était très réussi, très très réussi même vu comment elle dansait la gigue. Mais niveau cible, il s'était totalement fourvoyé. Oui, c'était la faute du sort, de la baguette de la sorcière peut-être, du mauvais karma à la rigueur. Ou alors, inconsciemment, elle s'était dite que ce n'était pas du joli d'attaquer un élève par surprise même si c'était ce qui se rapprochait plus d'une situation réelle. Dans tous les cas, elle s'était chiée et bien comme il le fallait. Elle regrettait presque d'avoir lancé un tarantallegra et pas un truc moins physique. Elle se dit qu'elle aurait mieux fait de rester dans son lit ou de jouer à l'aveugle lorsqu'elle avait croisé Stevens en sortie d'altercation. Surtout que Stevens n'était pas très malin à penser que les punitions se devaient d'être utiles et accomplies de la façon la plus rapide et facile possible. Le naïf. Et en plus, il se foutait de sa gueule. Elle avait presque des envies de meurtre maintenant, ou de s'enterrer dans un coin en pls en attendant que sa guigne chronique passe.

Bien sûr, Connor en ajouta une couche. Cela faisait l'effarouché quand on lançait un sort par surprise mais ça ne se gênait absolument pas d'en balancer un sur une proie facile. Et c'était elle la fourbe. Elle. Taxée de Serpentard. Oh la blague. Elle eut le malheur de répondre un "Non, poufsouffle" d'un ton un peu rêveur - ce n'était pas tous les jours qu'on lui sortait ce genre de conneries, il y avait du coup de quoi songer - pour rétablir la vérité ce qui fit qu'elle se prit le maléfice lancé par l'élève en pleine tête. Bam ! Bisous le sol et les bouts de boules de cristal brisées. Au moins, elle avait arrêté de danser, il fallait voir le positif dans l'affaire. Le négatif était qu'Alya allait bien se foutre de sa gueule quand elle débarquerait à l'infirmerie pour lui demander du désinfectant et que l'élève, là, il devait la prendre pour la demeurée de service. Peut-être qu'il faudrait qu'elle lui jette un petit oubliette avant qu'il ne parte hurler ses exploits ou plutôt les non-exploits d'Alys. Elle ne perdit pas de temps à se relever avant de répliquer. Elle visa l'élève, marmonna un Gonflus et pria saint Jude pour ne pas se ridiculiser de nouveau.

Elle se releva en grimaçant un peu. Elle avait un bout de verre planté dans la main. Alys le contempla quelques instants avant de reporter son attention sur l'élève. Elle l'avait eu ou pas ? Elle regrettait franchement de lui avoir proposé un duel, ça faisait mal ces trucs-là bordel. Dans le doute, elle enchaîna avec un Obscuro. Allez petit élève, sois sage et aveugle, ce serait sympa. Elle lança dans la foulée un Reparo agacé en direction des bris de verre, au moins si Alys se vautrait de nouveau, elle ne se couperait pas. La chute avait eu le mérite de la faire redescendre sur terre un minimum. Plus concentrée qu'au début, elle se tenait prête à répliquer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'heure du duel [Connor & Alys]
Revenir en haut Aller en bas
L'heure du duel [Connor & Alys]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» C'est l'heure du duel ! [PV : Peter Joyce]
» Un Duel dans les champs ...
» [RP: Premier Tour] Duel Rems vs Rheanne
» ANGLADE REMET LES PENDULES A L'HEURE
» Heure du début du draft?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Return Of Voldemort :: Poudlard :: Les Tours :: Tour Nord :: Salle de classe de Divination-
Sauter vers: