Recherche interdite dans la reserve (Regulus Black)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Hors Jeu :: Poudlard
Invité
Invité
MessageSujet: Recherche interdite dans la reserve (Regulus Black) Lun 19 Mar - 13:20


Regulus Black feat Adria O'neill


Recherche interdite dansa réserve


L’été dernier lors d’une journée particulièrement pluvieuse, Adria reste seule chez elle, son père était déjà parti travailler très tôt ce matin. Ils ne se voyaient pas beaucoup. Pour passer le temps, elle décide d’aller dans le grenier pour chercher d’anciennes affaires appartenant sa mère. Daniel ne savait pas que sa fille y allait régulièrement. Pour l’instant la Gryffondor n’avait pas encore ouvert tous les cartons que contenait l’immense pièce. Aujourd’hui, elle décide d’ouvrir ceux qui sont le plus au fond. Se frayant un chemin parmi les boîtes, la rouge et or commence par un carton qui se trouve le plus haut de la pile. Le nom de William O’neill été écrit en lettre indélébile. Après l’avoir posé sur le sol, elle l’ouvre délicatement et découvre qu’il est rempli de carnet de notes de ce fameux William O’neill. Intrigué, Adria l’emporte avec elle dans sa chambre pour étudier plus profondément ce qu’elle contenait. La petite brune vide la boîte sur son lit. Chaque ouvrage avait une date inscrit sur la tranche. Après les avoir rangés du plus ancien au plus récent, la lionne commence la lecture du premier journal de ce William O’neill.

À part son père, elle ne connaissait aucun membre de sa famille. Du côté de sa mère, depuis sa mort, Daniel n’avait pas voulu les revoir, étant des moldus il ne voulait pas risquer d’être mal vu, plus qu’il ne l’était déjà, par les autres mangemorts. Du côté de son père, la famille de sorcier n’avait jamais voulu reconnaître Adria comme une héritière légitimes de leur nom de famille. Ce qui l’excluait de connaître ses origines de sorcière et l’histoire de sa famille.

Elle était absorbée par sa lecture des aventures de son ancêtre. Il avait vécu dans les années 1920, lors de l’ascension du mage noire Gellert Grindelwald. Il était un ancien Serpentard, comme tous les membres de sa famille du côté sorcier, ce qui accentuait encore plus l’amertume qu’ils avaient contre la petite Adria qui était à Gryffondor. Elle comprit assez vite que ce William O’neill était proche du mage Grindelwald. Il devait être un de s’est fidèle à cette époque, comme les mangemorts de Voldemort. Elle dévore les ouvrages de son ancêtre du matin jusqu’au soir. À 19h son père rentre du Ministère de la magie et appelle sa fille pour lui dire bonjour. Paniquer, celle-ci cache le carton et tous les carnets dans diverse cachette de sa chambre qu’il ne connaissait pas. La rouge et or descend lui dire bonjour avant de prendre place à table. Boby, l’elfe de maison de la famille O’neill, laissait Adria tranquille la journée, il ne la surveillait pas dans ses moindre fait et geste. Elle avait réussi à gagner sa confiance. Elle était gentille avec lui et le protégeais contre son père du mieux qu’elle le pouvait.

Qu’à tu fais aujourd’hui Adria ? Avec ce temps tu n’as pas été dehors j’imagine ? Demande Daniel faussement intéresser par la journée de sa fille unique.

J’ai bouquiné et vous père tout se passe bien au ministère ?

Oui. Dit-il sèchement sans approfondissement.

Le reste du repas se passe en silence. Depuis que sa fille à été envoyée chez les Gryffondor, Daniel et elle n’étaient plus aussi proches qu’avant, ils ne se parlaient que très rarement. À la fin du dîner la rouge et or retourne dans sa chambre pour en savoir un peu plus sur William. Elle passe tous l’été à faire des recherches sur sa famille du côté sorcier et apprend vers la fin du mois d’Août, que cet homme était son arrière-grand-père. Depuis, elle faisait des recherches sur la magie qu’utiliser son ancêtre dans les années 20, la magie rouge runique, qui était une des plus anciennes magies existantes. Elle était d’une grande puissance ce qui lui avait valu la plus haute place auprès du mage noire Grindelwald.

Depuis son retour à l’école de sorcellerie Poudlard, Adria avait cherché dans tous les ouvrages de la bibliothèque des informations sur la magie rouge et sur les runes. Elle passait beaucoup de ses soirées dans la salle commune des rouge et or avec des bouquins de runes pour s’instruire. Elle n’avait pas pris cette option lors de sa 3ème année et le regrettais maintenant. Depuis peu de temps, la lionne c’était mis dans la tête de faire un petit tour dans la réserve pour avoir accès aux livres interdits de l’école. Ceux qui parlaient des aspects les plus sombres de la magie, comme la magie noire et dans son cas, la magie rouge. Elle avait prévu son escapade nocturne depuis plusieurs semaines. En suivant le nouveau bibliothécaire, Regulus Black, elle avait enregistré son trajet pour ne pas risquer de le croiser le soir où elle passerait à l’action. Celui-ci avait quelque habitude facile à contourner pour arriver à son but ultime, la réserve de la bibliothèque.

Le vendredi des vacances était le jour parfait pour que la rouge et or passe à l’acte. Après le banquet du soir, la petite brune remonte dans son dortoir et souhaite de bonnes vacances à ses amies qui rentraient dans leurs familles pour les vacances d’hiver. Adria restait au château, elle avait vu avec son père qui n’avait pas l’air déçu qu’elle ne rentre pas. Si elle voulait pouvoir avancer tranquillement dans ses recherches elle devait prendre des risques et rester au château. Il ne restait plus beaucoup d’élèves dans le dortoir des Gryffondor, seulement une dizaine d’adolescent, ne pouvant pas rentrer dans leurs familles respectives, restaient au château pendant les 2 semaines à venir.

Vers minuit, la salle commune des rouge et or était vide. Les autres élèves étaient tous parties se coucher tôt ce soir-là. La lionne enfile sa cape et sort par le portait de la grosse dame. Celle-ci dormais profondément, un verre de vin à la main. Prenant quelque raccourcie, elle arrive rapidement à la bibliothèque de l’école qui était verrouiller. Le sortilège « Alohomora » était très utile dans ce genre de situation. La porte s’ouvre doucement sans bruit, la Gryffondor entre et referme la porte derrière elle sans la verrouiller. La réserve n’était plus qu’à quelques pas. Tous ça l’exciter beaucoup, elle adorait le danger, enfreindre les règles étaient devenues comme une seconde nature. Elle entre dans la réserve et commence à chercher un ouvrage sur les différentes formes de magie utiliser, qu’elle trouve assez rapidement. Concentrer dans sa lecture, elle ne fait pas attention au bruit environnant qui aurait dû l’alerter de l’arrivée de quelqu’un.
codage par LaxBilly



1080 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : pur
Métier/Etudes : Bibliothécaire
Statut amoureux : célibataire
Nombre de Gallions : 1533
Parchemins écrits : 166
MessageSujet: Re: Recherche interdite dans la reserve (Regulus Black) Lun 19 Mar - 15:48
 
Recherche interdite dans la Réserve (Regulus Black/Adria O'Neill)



21h35

La journée avait été plutôt calme. Regulus était surprit de constater que sa petite routine de bibliothécaire de Poudlard lui plaisait assez. En même temps, il devait se faire à cette nouvelle vie et il n'était pas contre un peu de calme et de stabilité.
Après avoir chassé les derniers élèves qui s'attardaient dans la bibliothèque (certains pleuraient presque de ne pas avoir encore fini leurs recherches alors que leur devoir était à remettre pour le lendemain à la première heure), le jeune homme avait rangé les ouvrages que des écervelés avaient omit de remettre correctement à leur place, vérifié la liste des livres empruntés, et désormais, il pouvait enfin verrouiller les lourdes portes qui fermaient l'accès de l'endroit pour la nuit.
Dans un cliquetis caractéristique, il fit tourner la grosse clé de bronze dans la serrure, tira sur la poignet et fut satisfait de constater que la porte restait parfaitement close. Puis, après avoir rangé ses clés dans sa poche, il sortit sa baguette magique, la leva, et jeta un sort sur les portes. Enfin, il s'en alla rejoindre ses appartements.
 

 

23h45
 

 De toute évidence, Regulus était promit à une nuit difficile. A peine avait-il sombré dans le sommeil, confortablement installé dans son fauteuil avec un livre à la main, qu'un cauchemar l'avait réveillé. Une fois encore, il avait rêvé de son passage dans la grotte des Inferi, et comme à chaque fois, il revivait ses derniers instants. Parfois, il n'allait pas plus loin que le moment où la potion qu'il était obligé de boire le torturait. D'autres fois, il allait jusqu'au bout du rêve et finissait invariablement par être attrapé par les hideuses mains froides des cadavres qui se glissaient hors de l'eau, puis tiré jusque dans le lac avant de sombrer dans ses profondeurs en sentant l'eau glacée s'infiltrer dans ses poumons et les geler impitoyablement.
Là, il se réveillait, tout frissonnant et en sueur, la respiration haletante, sa main tentant d'agripper sa baguette magique dans un réflexe de défense. Il lui fallait généralement quelques bonnes minutes pour retrouver ses esprits et se rappeler qu'il ne s'agissait rien de plus que d'un souvenir.
Ce soir-là, heureusement, il n'était pas allé plus loin que la potion. Mais c'était suffisant pour lui laisser un gout amer dans la bouche, ainsi qu'une chaire de poule tenace. Blanc comme un linge, Regulus fonça dans la salle de bain et se passa de l'eau sur le visage.
De nouveau en possession de ses moyens, il décida qu'une bonne infusion ne lui ferait pas de mal. Il avait cruellement besoin de se détendre, sans quoi les cauchemars reviendraient le hanter durant la nuit. "Chasser les mauvaises pensées, se laisser submerger par des pensées heureuses, positives..." se répétait-il à la manière d'une prière.  
 

 

 

00h03
 

Regulus n'avait pas tout à fait terminé d'avaler le contenu de sa tasse lorsque le sortilège anticatimini qu'il avait appliqué sur les portes de la bibliothèque se déclencha. Il n'avait aucun doute sur le fait qu'il s'agissait d'un élève : les professeurs venaient le voir en cas de besoin, et ceux dont c'était le soir de garde possédaient un jeu de clé qui leurs permettaient d'entrer sans avoir à déclencher le sortilège.
Pestant contre les idiots qui devaient penser qu'il était un jeu d'enfant de pénétrer en douce dans la bibliothèque, Regulus posa sèchement sa tasse sur son bureau et fila en vitesse à travers les couloirs déserts de l'école.
Arrivé devant le lieu du crime, il ne put que constater que quelqu'un avait effectivement forcé les portes de l'endroit avec un simple sortilège. Il grimaça, bouillonnant intérieurement, et se promit de châtier sévèrement l'impudent qui avait oser le défier sur son propre terrain. Prenant soin de ne pas trahir sa présence, il ouvrit la porte avec précaution, veillant à ne pas la faire grincer, et entreprit de passer en revue chaque allée des rayonnages, même s'il se doutait qu'il n'y avait qu'un endroit au monde qui justifiait qu'un élève brave le danger pour se faufiler entre ces murs : la Réserve. Le lieux "sacré" où chacun savait qu'il recélait tous les livres, grimoires et manuels jugés dangereux. Surtout entre les mains d'adolescents en quête de savoir, mais surtout, de pouvoirs, et qui étaient avides de montrer aux autres de quoi ils étaient capables.
 Il y avait ceux qui désiraient la connaissance, car le Savoir donnait du pouvoir ; il y avait également ceux qui désiraient accéder à des connaissances interdites -la magie noire par exemple- et qui avaient pour but de devenir mangemort et d'arriver à impressionner le Seigneur des Ténèbres afin de se voir octroyer une place de choix à ses côtés. Et puis, il y avait ceux qui faisaient cela pour "le sport", considérant que parvenir à dérober un livre de la Réserve sans se faire prendre et punir leur permettrait d'accéder à une certaine notoriété au sein de l'école. Et si au passage ils pouvaient voir ce qu'il y avait de si effrayant dans ces livres...
 

Un bruit suspect lui fit tourner la tête. Il venait du fond de la bibliothèque, à l'endroit le plus reculé, le plus sombre, juste derrière le bureau où il passait pas mal de temps dans la journée, à surveiller les élèves, noter les sorties et les retours des livres, évaluer l'état des livres que certaines personnes venaient lui apporter, au besoin, les restaurer.
Nullement surprit, il s'avança avec assurance et discrétion en direction de la Réserve. Le clair de lune qui filtrait à travers les grandes fenêtres de la bibliothèque lui permettait de voir assez pour savoir où il allait sans recourir à un sortilège, le rendant plus invisible aux yeux de l'intrus. Il remarqua que le cordon était toujours là, barrant l'accès à la Réserve. Le "criminel" l'avait très certainement enjambé. Regulus fit de même.
 

Il ne fallut guère de temps pour trouver l'élève délictueux. Brune, certainement en 5ème ou 6ème année, arborant les couleurs rouge et or de la maison Gryffondor, une jeune fille avait sélectionné un petit nombre d'ouvrages qu'elle avait disposé en une pile à côté d'elle, et s'affairait à étudier l'un des livres avec une redoutable concentration.
Par chance, elle ne l'avait pas tout de suite remarqué, ce qui permit au jeune bibliothécaire de l'observer. Il connaissait assez bien les livres qu'elle avait choisi, reconnaissant certains à leur reliure pour les avoir lui-même étudié en 6ème et 7ème année. Mais contrairement à la demoiselle, Regulus avait eu une permission écrite de la main de ses professeurs. Comme quoi, il avait été très intéressant de faire parti des élèves préférés du professeur Slughorn.
Quelques livres sur les runes avancées, magie rouge... mais surtout, magie noire. Etonnantes études de la part d'une Gryffondor. Le séduisant visage de Regulus se fendit d'un rictus moqueur, amusé par la situation. Evidemment, il ne connaissait pas la jeune élève qui se trouvait à quelques pas de lui, et ne pouvait se douter qu'elle était fille de mangemort. Cependant, il avait comprit qu'elle n'avait pas choisi ces livres au hasard, et que ce n'était pas la simple curiosité qui avait guidé ses pas jusqu'ici, s'il en croyait le sérieux avec lequel elle compulsait ces antiques et dangereux recueils de magie.
Néanmoins, elle n'avait pas sa place ici et maintenant. La petite escapade nocturne devait prendre fin.
 

- Bonsoir, mademoiselle, lança Regulus, les yeux scintillants d'une malice sadique. Drôle d'heure pour peaufiner ses devoirs.
 

Il s'avança lentement, sortant sa baguette magique de sa poche pour la brandir au-dessus de sa tête. D'un coup, les lampes les plus proches s'allumèrent, et la lumière qu'elles diffusaient permit à Regulus d'apprécier les traits délicats de la jeune Gryffondor.
 

- Je vous reconnais une belle témérité, fit-il en souriant. Elle fait honneur à votre maison. Cependant, vous avez été un peu sotte de vous imaginer que cet endroit n'était pas mieux protégé que cela. Je suis un peu... déçu.
 

Il se retint de ricaner. Après tout, il était sincère : il admirait la franche audace de l'intruse, et il la croyait assez douée. Elle avait certainement bien préparé sa sortie puisqu'elle n'avait rencontré aucun obstacle en chemin et qu'elle était parvenue à pénétrer les lieux sans problème. Mais elle n'avait visiblement pas pensé à tout.
 

- Bien, reprit-il en se postant juste en face d'elle. Votre sort est entre mes mains. Je vous conseille donc de soigneusement choisir votre argumentation pour justifier votre présence dans ce lieu prohibé, à une heure indue, à lire des œuvres... inappropriées à une jeune fille de votre âge et de votre qualité.
 

Même s'il avait dit tout cela avec une voix douce et calme, poli à l'extrême, presque séducteur, on sentait néanmoins l'ironie derrière le ton et les mots. Il n'arrivait pas encore à se décider s'il devait jouer un peu avec cette jolie petite souris, ou s'il devait céder à une ire tout à fait justifiée.
" Uses de patience, mon vieux", se disait-il en son for intérieur. "Si ça se trouve, tu vas en entendre de belles."
Il ne manqua pas de se remémorer ses propres années d'études et de toutes les bêtises qu'il avait lui-même faites, même s'il devait avouer que son frère était un véritable as en la matière. Mais les élèves avaient parfois des secrets plus inattendus que les adultes et il était curieux de savoir si c'était le cas pour la Gryffondor.  

 


Codage par Libella sur Graphiorum


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Recherche interdite dans la reserve (Regulus Black) Mar 20 Mar - 12:21


Regulus Black feat Adria O'neill


Recherche interdite dansa réserve


Son plan était enfin prêt depuis quelque jour, elle devait juste aller récupérer quelque ouvrage sur les runes antiques et la magie rouge ou aussi appeler la magie de sang pour en apprendre plus sur ce que faisait son grand-père au temps du mage Grindelwald. Et comment il était devenu un puissant sorcier au point d’être proche de Gellert. Adria avait décidé de passer à l’acte le vendredi des vacances d’hiver. Un jour où elle ne risquerait pas de croiser des élèves, étant pour la majorité partie dans leur famille et pour l’autre moitié, surement tous dans leurs dortoirs à se préparer pour aller se coucher. Passant par un passage secret pour arriver devant la bibliothèque sans avoir à emprunter le chemin avec les différents tableaux du château. Elle ne voulait être vu par personne ce soir. Utilisant le sortilège « Alohomara » pour ouvrir la porte, elle entre doucement dans la bibliothèque et se dirige sans faire de bruit vers la réserve. Ce qu’elle ne savait pas c’est que Regulus Black, avait ensorceler l’entrer pour être prévenue de la moindre intrusion d’élèves. La rouge et or enjambe la corde et se fige stupéfaite par la superficie de la salle.

Tu es as Poudlard ne l’oublie pas.
Se dit-elle.

Commençant à chercher les livres pour lequel elle était venue ce soir, la Gryffondor arrive devant une énorme étagère dédier exclusivement à la magie interdite. Sélectionnant deux ou trois bouquins qu’elle voulait feuilleter avant de pouvoir les emporter dans son dortoir, pour approfondir ses recherches sur le sujet, elle tombe sur un majestueux livre qui avait pour titre « Les applications de la magie rouge runiques », inscrit sur la tranche de l’ouvrage en lettre d’or. Les petites lettres graver était légèrement effacées. C’était tout à fait le livre qu’elle cherchait. Elle l’ouvre délicatement, pour ne pas risquer de l’abimer, sur le rebord poussiéreux de l’étagère et lis attentivement les inscriptions sur la première page. C’était trois mots en runes. Heureusement pour elle, la petite Gryffondor avait appris les rudiments de l’écriture runique, elle n’avait donc pas de difficulté pour les déchiffrer. C’était les trois éléments de bases de la magie rouge, le sang d’une ligné, la famille et la magie. Chaque pilier de cette forme de magie était détaillé sur la page suivante.

Adria était tellement concentrée dans sa lecture, qu’elle ne remarque pas Regulus qui était là, tous près d’elle à l’observer. Il ouvre enfin la bouche et s’exprime dans un langage soutenu, ce qui fait sursauter la rouge et or qui prend instinctivement sa baguette magique et se retourne pour faire face au jeune bibliothécaire. Les deux comparses étaient dans un noir des plus total, simplement éclairer par le sort de lumière de la rouge et or. Il s’avance vers elle et pointe sa baguette au-dessus de sa tête. Les lampes les plus proches s’allume et éblouie la rouge et or qui peut ensuite apercevoir le visage de Regulus. Il est relativement jeune pour un libraire, se dit la jeune fille. Plus grand que la petite brune, elle devait lever les yeux pour se plonger dans son regard qui était d’un noir de jais comme la couleur de ses cheveux mi long, qui lui arrivait jusqu’au épaule. Adria était le genre de personne à fixer le regard des autres quand elle avait une conversation avec eux, cela lui permettait d’avoir un léger contrôle sur leurs discussions, et de pouvoir anticiper leurs réactions. Les yeux en disaient beaucoup sur nous-mêmes. Le jeune Black continue de parler sans qu’elle ne l’interrompe. Il lui reconnait une témérité qui flatte l’égo de la jeune fille pendant quelque instant avant que le beau brun qui était en face d’elle ne s’avoue déçu du manque de perspicacité de la lionne pour croire que la bibliothèque n’était pas mieux protégée qu’elle n’en faisait croire. Elle voyait qu’il se retenait de rire, une attitude qui l’énervais légèrement. Il prend une inspiration avant de reprendre sa tirade de la victoire. Il avait réussi à la prendre en flagrant délit d’escapade nocturne dans la réserve de livres interdits de l’école de sorcellerie. Il lui laisse une chance de pouvoir lui expliquer sa venue ce soir dans ce lieu interdit aux élèves sans une permission écrite d’un professeur. Contrairement à ce qu’elle pensait, il avait une voix douce et calme, extrêmement poli au vus des circonstances, mais moqueuse dans le fonds. Elle décelait dans sa voix un ton séducteur qu’elle ne comprenait pas totalement. Réfléchissant à toute vitesse pour trouver une excuse à lui sortir, espérant échapper à la punition qu’il allait lui infliger.

Monsieur Black. Dit Adria, d’un ton aussi séducteur que lui. Elle abaisse sa baguette avant d’ajouter. Si vous voulez vraiment savoir ce que je faisais ici à cette heure-ci. Je vais vous l’avouer volontiers. Je ne suis pas une criminelle vous savez. Juste une élève de Gryffondor tout ce qu’il y a de plus innocente. Elle avait un grand sourire sur les lèvres et se rapprochait petit à petit du jeune homme. On m’a parlé d’une ancienne magie et je voulais juste savoir ce qu’on m’avait dit était vrai. Je n’ai pas trouvé les informations que je souhaitais dans les livres de la bibliothèque donc je suis venue ici, certaine d’avoir la réponse à mes interrogations. Vous voyez, ce n’est rien de méchant. Adria espère qu’il allait la croire et la laisser repartir sans lui poser d’autres questions. Il était très mignon, mais elle ne savait pas si elle pouvait lui faire confiance et lui dire la vérité.

Ce genre de recherche pouvait porter à confusion dans les temps qui courait en ce moment. La moindre mauvaise interprétation, même petite, pouvait mettre en danger la personne visée. Elle ne voulait absolument pas que son père soit mis au courant de cette escapade nocturne et surtout pas de l’intituler des recherches qu’elle menait, elle ne voulait pas risquer de le mettre en danger. Il ne savait pas que sa fille savait qu’il était un mangemort au service du seigneur des ténèbres.
codage par LaxBilly



1 005 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : pur
Métier/Etudes : Bibliothécaire
Statut amoureux : célibataire
Nombre de Gallions : 1533
Parchemins écrits : 166
MessageSujet: Re: Recherche interdite dans la reserve (Regulus Black) Mar 20 Mar - 18:04
 
Recherche interdite dans la Réserve (Regulus Black/Adria O'Neill)



Pendant une fraction de seconde, Regulus vit dans les yeux de la jeune fille un éclair de reproche qu'elle dissimula très vite. Il avait réussi à la blesser dans son égo, un instant fugace mais très réel, et il prit sur lui de ne pas jouer d'avantage avec l'orgueil de la demoiselle.
"Monsieur Black" avait-elle dit. Il avait légèrement tressaillit en l'entendant l'appeler de la sorte. Hormis les professeurs par le passé, aucun élève ne l'avait encore appelé ainsi, du moins, jusqu'à ce qu'il soit nommé au poste de bibliothécaire. Aussi, il avait encore du mal lorsque l'un de ces élèves, à peines plus jeunes que lui, s'adressaient à lui avec déférence.
Il nota également le ton doux et séducteur qu'elle avait prit en réponse à ses propres propos, dans un mimétisme à la fois espiègle et enfantin. Il contint -non sans mal- son amusement. Elle lui servit dans un aplomb presque désarmant une explication simplette qu'en vérité aucun professeur (surtout parmi les plus sévères) ne croirait.
 
- Oh, je ne doutes pas un instant que vous n'êtes pas une criminelle, rétorqua posément Regulus.
 
La Gryffondor s'était faite enjôleuse, et bien que cette attitude tendait à le séduire, il n'oubliait cependant pas qu'il s'agissait d'une élève d'une part, et que sa conduite était très certainement dictée par la nécessité, d'autre part. Mais puisque la souris était joueuse...
 
- Mais, mademoiselle, ajouta Regulus sur un ton enjoué, je sais d'expérience que les Gryffondors sont tout sauf innocents. Alors soyez aimable, n'essayez pas de me faire avaler des couleuvres.  
 
Ses yeux se posèrent aussitôt sur les livres que la jeune fille avait sorti des étagères : magie rouge, runique... tous traitaient de sujets interdits, flirtant souvent avec la magie noire, et leur étude comme leur utilisation relevait du tabou. Seuls les Langues-de-Plomb et les sorciers les plus brillants, qu'ils furent mages noirs ou non, connaissaient ces sujets et s'intéressaient à ces pratiques.
 
- Si une personne vous a effectivement renseigné sur cette forme de magie, alors il s'agit de quelqu'un de malintentionné qui a abusé de votre crédulité.
 
Son ton s'était fait un peu plus dur. Lui aussi avait ouvert ces livres, voulut connaitre ces anciennes formules et pratiques, tout cela pour se perfectionner, obtenir un peu plus de pouvoir et plaire à un maître aux sombres desseins. Tout cela... pour regretter au final.
Il observa la jeune fille plus attentivement de la tête aux pieds. L'adolescente n'avait rien d'un agent du Seigneur des Ténèbres, et rien dans ses traits et attitudes ne laissait présager qu'elle s'intéressait aux Forces du Mal pour les mauvaises raisons.
Il se prit à regretter de ne pas connaître mieux l'art de la legilimancie. Entrer dans le cerveau de cette fille, extraire de croustillantes informations pour mieux les lui jeter à la figure, voilà qui lui aurait fait des pieds.
"Calmes-toi, la braquer contre toi serait une mauvaise idée" disait la petite voix de sa conscience.
Il pointa de sa baguette le livre qu'elle était justement en train de consulter.
 
- C'est un ouvrage très spécifique que je ne mettrai pas entre les mains de n'importe qui, fit savoir Regulus. Outre le fait qu'il traite d'une magie très ancienne, comme vous l'avez si bien fait remarquer, il renseigne des pratiques proscrites. Il faut une recommandation d'un directeur de maison pour y avoir accès, et l'ouvrage ne peut être consulté que sur place. Encore une fois, je ne sais pas avec qui vous avez discuté de cela, mais je vous assure que contrairement à ce que vous prétendez, vous introduire en douce dans la Réserve en pleine nuit pour lire une sélection très étudiée de grimoires interdits -et ne me faites pas croire que vous les avez choisis au hasard au gré de votre curiosité- est très grave.
 
Il soupira, las. Jouer les précepteurs d'une foule d'adolescents idéalistes et aventureux n'était pas l'idée qu'il s'était fait de son avenir. La chose lui paraissait soudainement très complexe, ne serait-ce parce que lui-même était en fait à peine plus vieux qu'eux. Face à la Gryffondor, il avait la désagréable impression de se confronter une fois de plus à son impétueux frère ainé, Sirius, dont les actes irréfléchis entachaient régulièrement la notoriété de l'ancestrale famille Black.
 
- Inutile de vous énumérer la liste des points du règlement que vous avez scrupuleusement bafoué avec votre virée nocturne. Rien que pour cela, je suis en droit de vous mettre en retenue et d'informer votre directeur de maison de la gravité de vos actes. Maintenant, je peux me montrer clément si vous consentez à me dire la vérité. Soyons clairs : vous aurez votre retenue, c'est bien fait pour vous, vous savez ce que vous risquez à braver le règlement. Mais je peux oublier d'informer votre directeur de maison sur la raison précise de votre escapade. Oublier de lui dire que vous faisiez des recherches très précises sur une forme de magie litigieuse.
 
Il fixa la jeune fille d'un regard appuyé, espérant lui faire comprendre qu'il était dans son intérêt de se montrer honnête et qu'elle avait toutes les cartes en main. Lire de tels ouvrages n'avait rien d'innocent, risquer sa place à Poudlard et la réputation de sa famille pour un mensonge n'était que folie. Regulus n'était pas son ami, mais il n'était pas non plus son ennemi.
A dire vrai, peut être qu'il avait un peu peur. D'une certaine manière, il se voyait en chacun des élèves de cette école, et chacun d'eux pouvait se tromper à un moment donné de leur vie, comme ce fut le cas pour lui, et il ne pouvait se résoudre à laisser quiconque payer un tribut aussi lourd que le sien.
Il aurait aimé que quelqu'un vienne à son secours par le passé, en le stoppant au bon moment, en lui tendant une main secourable.  Or, cette jeune fille ne se doutait pas du genre de pétrin dans lequel elle s'apprêtait à s'enfoncer. Il lui tendait néanmoins la main. S'il l'avait voulu, il l'aurait déjà mise dehors, la trainant derrière lui jusque dans le bureau de son professeur référant, un sermon acerbe sur le bord de ses lèvres.
 
Il voulait jouer avec une souris... mais il n'était pas comme son frère, pas comme Sirius. Il n'était pas un chat qui torture avec plaisir le rongeur qu'il vient d'attraper. Il n'était rien de plus qu'une souris qui joue au chat.
Il était décidément bien meilleur qu'il ne voulait le faire croire.


 


Codage par Libella sur Graphiorum


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Recherche interdite dans la reserve (Regulus Black) Jeu 22 Mar - 15:38


Regulus Black feat Adria O'neill


Recherche interdite dansa réserve


Commençant à baragouiner des explications sur sa venue dans la réserve de la bibliothèque ce soir, Regulus trésaille à l’entente du mot « Monsieur » qui sort de la bouche d’Adria. Ayant toujours appris, par son père, de respecter les personnes plus âgées qu’elle et qui ont de l’autorité, celle-ci ne comprend pas l’attitude du jeune homme face à sa politesse, peut-être un peu trop prononcer pour son âge. Il n’est guère plus vieux qu’elle, mais est un membre du personnel de l’école de sorcellerie, elle se devait donc de le respecter. Adria espère au plus profond d’elle-même que Regulus va croire ce qu’il lui a dit. Elle sait que son histoire n’est pas très crédible. Aucun élève de l’école n’aurait pu la renseigner sur cette forme de magie très sombre, elle en était bien consciente, mais ses mots étaient sortie de sa bouche sans forcément y avoir réfléchie avant. Toujours d’un ton aussi séducteur que celui que le jeune Black avait utilisé envers elle, la rouge et or termine son histoire invraisemblable en étant plus proche de lui qu’au début de sa tirade. Celui-ci acquiesce sur le fait qu’elle n’est pas une criminelle, mais ajoute qu’elle est une Gryffondor. La réputation de sa maison n’est pas à son avantage dans ce genre de circonstance.

Gêner, la rouge et or recule d’un pas comprenant que la séduction ne marcherait pas avec lui. Regardant les titres des ouvrages qu’elle consultait quelques minutes auparavant, le bibliothécaire comprend rapidement qu’elle ne lui avait pas dit toute la vérité sur sa venue dans ces lieux interdits. Il l’observait attentivement de la tête au pied, elle se demande ce qu’il pouvait bien penser à cet instant. Elle aurait tellement voulu lire dans les penser pour pouvoir anticiper ses questions. Après quelques secondes de silence qui paraisse être une éternité pour Adria, Regulus pointe se baguette sur l’ouvrage que la jeune fille lisait attentivement avant de se faire surprendre. Il ajoute tous en restant poli envers la rouge et or, qu’il n’aurait jamais mis un ouvrage aussi spécifique sur ce genre de magie entre les mains de n’importe qui. Ce livre parlait vraisemblablement des sujets qu’Adria voulait étudier. Elle savait qu’il lui fallait une recommandation d’un directeur de maison pour y avoir accès, mais comment expliquer à Neville Londubat, le directeur de la maison Gryffondor, qu’elle voulait lire une encyclopédie concernant la magie rouge/la magie de sang, une branche puissante de la magie noire. La sermonnant sur sa venue en douce dans la réserve en pleine nuit, il avait compris qu’elle n’était pas là par hasard et que les bouquins qu’elle avait pris était scrupuleusement choisie à l’avance.  

La rouge et or ne l’avait pas interrompu pendant son discours réprobateur. Elle l’écoutait attentivement. Il la met en garde des tournures que les événements pouvaient prendre si elle ne se montrait pas honnête envers lui. Elle devait lui avouer la vraie raison de sa présence dans la réserve cette nuit et peut-être qu’il se montrerai clément envers elle. Dans les deux cas elle écopait d’une retenue pour avoir enfreins plusieurs règles du règlement de l’école. Il fixe l’adolescente d’un regard appuyé, pour lui faire subtilement comprendre qu’elle devait se montrer honnête pour cette fois. Pouvait-elle faire confiance à Regulus, elle ne le savait pas. Elle plonge son regard dans celui du bibliothécaire elle voulait lui faire confiance, mais elle avait été élevée dans la méfiance de son prochain, elle devait toujours tous garder pour elle comme son père lui avait appris. Une attitude de mangemort se dit-elle.

Je vais tous vous raconter. Depuis le début.

Adria prend son courage à deux mains et commence ses explications par le commencement de cette obsession qui c’était insinuer dans sa vie depuis la fin du mois d’Août.

Cet été, j’ai découvert des journaux qui appartenaient à mon arrière-grand-père. Il vivait du temps de Gellert Grindelwald dans les années 20. Il racontait qu’il utilisait la magie rouge runique ou aussi appeler la magie de sang pour le compte du mage noir de cette époque. Il était devenu son bras droit, l’homme qui lui procurait une puissance et un savoir sans limite. Ils étaient très proches. Il écrit que les idéaux qu’avait Grindelwald était louables, mais pervertie par une soif de puissance démesurée. Il s’en était rendu compte un peu trop tard. Jamais personne ne sut comment mon arrière-grand-père, William O’neill, avait acquis une telle puissance. Tout est expliqué dans ses journaux intimes. Il écrit dans les moindres détails les méthodes qu’il a employées, d’où il tirait sa puissance, comment il l’utilisait. La jeune Gryffondor était partie dans un récit complet du pourquoi du comment elle était arrivée à vouloir mettre son nez dans ce genre d’ouvrage interdit et proscrit à l’éducation de jeune sorcier insouciant. Peu de temps après la chute du rival du professeur Dumbledore, il se cacha pour ne pas se faire arrêter par le ministère de la magie. Personne ne connaissait son visage ni son nom. Changer de pays et de continent était la seule solution qu’il avait le temps que cette fâcheuse histoire ce calme d’elle-même et qu’il puisse enfin rentrer en Angleterre pour voir ses enfants et sa femme qui étaient restés au pays. Sur la fin de sa vie il explique sa dernière trouvaille, un sortilège de protection d’une puissance inimaginable. Reprenant sa respiration pour finir son récit, Adria se rend compte qu’elle n’avait pas détournée une seule fois le regard des yeux noirs du beau brun. Je me suis introduite ici ce soir pour comprendre comment il a fait pour créer cette protection magique. Voilà vous connaissez toute la vérité sur ma petite excursion dans la réserve de votre bibliothèque. S’il vous plaît garder tout ça pour vous je vous en supplie. Je ferai tout ce que vous voudrez.

Révéler de t-elle information sur sa vie privée était pour elle comme une trahison envers son père. Elle le mettait en danger rien quand étant à Gryffondor, elle ne voulait pas imaginer ce qui lui arriverait si quelqu’un savait tout cela en dehors de Poudlard. Malgré leur relation très tendu, depuis son entrer à l’école de sorcellerie, Adria ne voulait pas perdre son père. Si cela arrivait elle n’aurait plus de famille.
codage par LaxBilly



1 037 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : pur
Métier/Etudes : Bibliothécaire
Statut amoureux : célibataire
Nombre de Gallions : 1533
Parchemins écrits : 166
MessageSujet: Re: Recherche interdite dans la reserve (Regulus Black) Mar 27 Mar - 19:22
 
Recherche interdite dans la Réserve (Regulus Black/Adria O'Neill)



Pendant une longue minute de silence, qui paraissait quelque peu interminable, les deux protagonistes s'étaient jaugés du regard, Regulus pour inciter à la confidence, la jeune Gryffondor pour déterminer si elle pouvait se risquer à lui faire confiance. Finalement, cette dernière fit le choix de la vérité et décida de se confier... en espérant ne pas le regretter.
De son côté, Regulus ne fut pas déçu d'avoir tant insisté. A travers le discours qu'elle lui fit, il découvrit que derrière l'audace et la détermination affichée se cachait en fait une adolescente curieuse et rattrapée malgré elle par un passé et des secrets de famille plus que troublants. Réprimant un sourire fataliste, le jeune bibliothécaire ne pouvait s'empêcher de trouver une certaine ressemblance entre la famille de la demoiselle et la sienne. Une famille profondément ancrée dans la tradition de la magie noire, ayant tendance à servir des desseins et des maîtres obscurs et dangereux.
- Voilà qui est intéressant, admit-il d'une voix redevenue douce et plaisante. Je vous remercie de cette franchise, je reconnais vous avoir un peu forcé la main alors que je ne pouvais pas vraiment vous offrir de garanties de discrétion en retour, en dehors de ma seule parole.
Ce fut soudain comme si l'atmosphère environnante avait changé du tout au tout : l'ambiance ne semblait plus menaçante, secrète et pesante. Non, elle avait retrouvé une sorte de chaleur, d'intimité amicale, à l'image d'un petit cocon au fin fond de la bibliothèque. Regulus ne considérait plus la jeune fille comme une adolescente potentiellement dangereuse, mais plutôt comme une jeune fille qu'il fallait protéger de secrets qu'elle n'était sans doute pas prête à assumer. Seule, du moins.
- La magie rouge runique...
Regulus se perdit un instant dans ses souvenirs, se remémorant ses propres recherches. Malheureusement, il n'avait pas pu aller bien loin dans ses études sur le sujet. Bien qu'Horace Slughorn, à l'époque, lui avait donné les autorisations adéquates, il n'était pas parvenu à accéder à tous les ouvrages de référence, et certains de ces livres dédiés au sujet avaient disparus de la bibliothèque -Réserve comprise- du jour au lendemain, certainement sur ordre de Dumbledore et cachés par ses bons soins. Par la suite, il fut d'avantage préoccupé par ses recherches sur les Horcruxes que sur la magie rouge.
- Il faut être puissant et remarquablement brillant pour maîtriser pareil art, fit remarquer Regulus. Déjà, il faut avoir longuement étudier le sujet avant d'espérer d'en comprendre suffisamment les principes de bases et se risquer à une quelconque pratique. Si votre arrière-grand-père était reconnu pour ses talents en la matière par Grindelwald en personne, ce ne devait pas être n'importe qui. Et je ne m'étonne guère d'apprendre que nul ne connaissait son visage et son nom.
Il n'avait fait qu'entendre parler de la grande époque de Grindelwald, et bien que cette période était enseignée en Histoire de la magie, ce qui était étudié n'était finalement que les grandes lignes. Bien des jeunes sorciers passés à Poudlard, toutes générations confondues, avaient noté qu'il existait des zones d'ombre dans ce qui était enseigné. Mais tous ignoraient s'il s'agissait d'une omission volontaire ou bien si les autorités étaient réellement ignorantes à ce sujet.
- Il parait, confia le bibliothécaire, que Gellert Grindelwald faisait des recherches secrètes sur différentes formes de magie. Il estimait que par crainte d'être découverts par les Moldus, les autorités magiques du monde entier s'étaient escrimée à sceller une partie de notre Science magique, et que nous, sorciers, étions illégitimement spoliés de notre Savoir et d'une partie de nos pouvoirs. S'il y a un fond de vérité là-dedans, alors il est possible qu'il ai cherché à attirer à lui des gens capables de prouesses que certains qualifieraient de "contre-nature".
Il fixa intensément la jeune fille, comme si cela pouvait lui permettre de deviner les traits de ce William O'neill derrière les traits de sa descendance. Mais il n'y avait personne d'autre qu'une jeune fille obsédée par le passé des siens et qui tentait de faire le tri dans ses découvertes. Il soupira, avant de reprendre :
-   L'arrivée de votre arrière-grand-père dans ses rangs a dû être du pain béni pour lui, et a dû l'assigner à des tâches très spécifiques. Sans doute même lui a-t'il demandé de mener d'importantes recherches sur le sujet, d'aller "plus loin que nul n'avait jamais osé faire" avant lui. Ces journaux constituent alors sans doute des rapports d'études personnels qu'il espérait sans doute transmettre à un apprenti ou alors à un membre de sa famille. Une manière de préserver toute une vie de travaux et d'abnégation. A la fois admirable et dangereux.
 
Il reconsidéra alors l'élève qu'il avait en face de lui. Cette jeune fille, par ses actes de cette nuit, venait sans doute de prouver qu'elle avait hérité de certaines qualités familiales. Il garda pour lui cette observation, mais n'oublierait jamais que c'était une élève très capable. Peut être... non, il évinça cette idée... quoique...
Il n'y avait aucun mal à surveiller une élève pour son propre bien, n'est-ce pas ?
 
- Quoiqu'il ai pu faire après la chute de Grindelwald, cette histoire de sortilège de protection d'une puissance indicible ne me plaît guère. Le principe de la magie rouge, c'est d'obtenir de la puissance et des privilèges en payant un tribut. Cette magie est dite rouge parce que généralement, ce tribut est du sang. Cela peut être son sang, ou alors celui d'un sacrifice. L'associer à l'art des runes permet de croître encore cette puissance en la soumettant à des forces bien définies. On peut obtenir des choses intéressantes. Les mots, les symboles, une géographie étudiée, et même un temps donné... tout cela influence les propriétés du sortilège désiré. Il faut des années d'étude et de pratique pour en comprendre pleinement les règles et les interdits. Une novice comme vous, pardon de vous le dire aussi franchement, n'a aucune chance de reconstituer un sortilège de protection tel que sans doute imaginé par votre arrière-grand-père. Si vous vous y essayer aujourd'hui, même après avoir lu ces quelques livres, non seulement vous échouerez lamentablement, mais en plus vous pourriez y laisser la vie. Même moi, qui connait un peu mieux le sujet que vous, je ne m'y tenterai pas.
C'était la vérité. Et Regulus espérait que la jeune fille comprenne cela : pour l'heure, elle n'avait pas les épaules pour se plonger dans pareille sciences. Peut être même que psychologiquement, elle n'y serait jamais prête. Pouvait-elle sacrifier son propre sang, son propre corps, pour un peu plus de puissance ?
- Si j'ai un conseil : vous ne devriez étudier la magie rouge que pour le simple souhait de connaître et comprendre cette branche de la magie. En aucun cas, vous ne devriez l'envisager pour un usage courant. Elle permet certainement des miracles, mais le prix à payer est...
Sa phrase resta en suspend un instant. Les Horcruxes... pour les fabriquer, il fallait payer le prix en échange. Tuer quelqu'un pour briser son âme, prendre le risque qu'en mourant malgré tout, se voir détruit parce qu'on aura finit incomplet.
- Bref, mademoiselle, sachez que le terme "sacrifice" n'est pas anodin. La quantité de matériel pour la réalisation des sortilèges liés à la magie rouge peut être variable, mais plus le sortilège est puissant, plus cette quantité augmente. Un sortilège de protection d'une puissante extraordinaire doit demander des litres et des litres de sang. Seriez-vous prête à tuer des gens pour obtenir ce matériel ? A mon avis, vu le nombre de morts que Grindelwald laissait dans son sillage, votre arrière-grand-père a vu l'opportunité d'expérimenter beaucoup de choses. Du matériel humain, ça n'a pas dû lui manquer, alors créer ce sortilège de protection, ça n'a certainement pas été compliqué pour lui.
Dans quoi la Gryffondor s'était-elle embarquée ? Si jamais sa trouvaille remontait aux oreilles de quelqu'un... surtout aux oreilles des mauvaises personnes... Regulus ne doutait pas instant que la vie de la jeune fille serait alors en danger.
- Je vais vous donner un conseil, faites-en ce que vous voulez : vos carnets... détruisez-les. Leur savoir, même si très précieux, est néanmoins dangereux. Dangereux pour les autres, certes, mais surtout pour vous et votre famille. Quelqu'un de malintentionné pourrait avoir envie de vous traquer s'il venait à apprendre qu'il existe encore des traces des œuvres de Grindelwald et de ses suivants. Si vous ne pouvez les détruire, je vous suggère alors de vous en remettre à la métamorphose : grimez-les en manuels scolaires ennuyeux à mourir, en vieux magazines que vous garderiez pour les quelques conseils pratiques qu'ils renferment, en albums photos de votre famille ou de vos années à Poudlard... peu importe, soyez imaginative. De votre capacité à cacher un secret aussi lourd dépend votre survie et la sécurité des vôtres.
 Il se rapprocha d'elle, tel un conspirateur qui était sur le point de divulguer une information sensible, et lui murmura :
- Je sais de quoi je parle, mademoiselle. J'ai autrefois servit un maître, découvert ses secrets, et pour protéger ma famille, j'ai accepté de mourir sans rien divulguer, en espérant que mes efforts pour renverser mon maître portent un jour leurs fruits. En emportant mes secrets dans la tombe, en gardant les miens dans l'ignorance, je les protégeaient. Vous avez découvert un bien vilain secret, vous voici condamnée à le préserver.
 
Il s'écarta doucement, et se retourna, scrutant les profondeurs laissées dans l'obscurité de la bibliothèque. Mais il n'y avait rien. Personne. Pas même une souris ou un insecte.
- Il est évident que vous avez ma parole concernant mon silence. Ce que vous m'avez révélé, je le garde pour moi. Si Mr Londubat m'interroge sur votre retenue, je lui répondrai simplement que vous avez pénétré dans la bibliothèque pour gagner un de ces paris stupides qu'affectionnent tant les élèves.
Il lui esquissa un sourire bienveillant. Il préférait établir une relation de confiance avec ce genre d'élève que de les rebuter. Qui sait, au lieu de faire n'importe quoi dans le plus grand secret elle viendrait au préalable demander conseil sur ce qu'il convenait de faire. Et Regulus ferait au mieux.

 


Codage par Libella sur Graphiorum


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Recherche interdite dans la reserve (Regulus Black) Lun 9 Avr - 17:53


Regulus Black feat Adria O'neill


Recherche interdite dansa réserve


Après avoir révélé la vérité sur sa venue dans la réserve de la bibliothèque ce soir, Adria implore Regulus de garder ce qu’elle lui avait avouée pour lui, que tout ça reste secret. Elle ne voulait pas que cette malheureuse histoire s’ébruite et arrive jusqu’aux oreilles des mangemorts. Si cela arrivait ça mettrait en danger sa famille et surtout son père qui avait fait beaucoup trop d’erreurs à leurs yeux. Le fait qu’Adria aille à Gryffondor est non à Serpentard comme tous bon mangemort était déjà la goutte d’eau qui faisait déborder le vase. À la fin de son récit, le jeune homme la remercie de sa franchise, d’une voix devenue douce et plaisante. Soudainement, les tensions pesantes, menaçante et emplie de secret qui se dégageait des deux protagonistes se dissipe pour laisser place à une atmosphère chaleureuse et douce. La lionne pouvait enfin se détendre, elle ne considérait plus le jeune bibliothécaire comme une menace, mais plutôt comme quelqu’un en qui elle pouvait éventuellement avoir confiance. Peut-être pourrait-il devenir ami. Leur différence d’âge n’était pas très élevée. Le grand brun répète l’intituler de ses recherches, la Gryffondor acquiesce d’un léger signe de tête, comme pour confirmer les paroles du jeune homme. Pendant quelque instant, il reste sans dire un mot, comme s’il réfléchissait. Il ajoute qu’il faut être un sorcier très puissant et remarquablement brillant pour maîtriser cette magie. Il continue en précisant que l’apprentissage de cet art est très long et qu’un sorcier possédant ces connaissances devait-être reconnu dans le monde de la magie.

Mon nom de famille vient d’Amérique, monsieur Black. O’neill ne fait pas très britannique avouer le. Dit-elle avec un sourire moqueur sur son visage, elle ne voulait surtout pas l’offenser. Ma famille vie en Angleterre seulement depuis les années 20. Au tout début de son ascension, Gellert Grindelwald a rencontré mon arrière-grand-père à New York et il lui a proposé de le suivre pour faire partie de son mouvement révolutionnaire, comme il l’écrit dans ses journaux. Avant de partir, le mage noir à effacer ces traces pour qu’il puisse travailler en toute sécurité pour lui. Rétorque Adria, en voulant être le plus honnête possible envers l’homme qui se dressait de toute sa hauteur devant elle.

Regulus confie à la jeune lionne que le funestement célèbre mage noir de cette époque faisait des recherches secrètes sur différentes formes de magie et qu’il cherchait à attirer à lui des sorciers capables de prouesse que certains qualifieraient de « contre-nature ». Il lui raconte que les autorités magiques, craignant d’être découvert par les moldus à cause de ça, ainsi ils avaient donc caché une grande partie de leur science magique qu’ils considéraient comme dangereuse. Il fixe intensément la rouge et or, elle était gênée par son regard insistant, mais n’en faisait rien paraître. Il ajoute ensuite que l’arrivée de son arrière-grand-père avait surement dû être une aubaine pour lui et qu’il l’avait sans aucun doute assigné a de nombreuse tâche bien spécifique dans son domaine. Il émet l’hypothèse que ces journaux devaient être des rapports d’études personnelles, qu’il espérait sans doute par la suite transmettre à un apprenti ou alors à un membre de sa famille. Peut-être était-ce pour ça que c’était son père qui possédait ses journaux, se dit-elle. Adria le regarde attentivement, il avait l’air en plein questionnement personnel. Elle se demande ce qu’il pouvait bien se dire à lui-même. Elle aurait tellement aimé être legilimence, mais elle était trop jeune pour cette pratique, c’était d’un niveau beaucoup plus élevé que celui d’une élève de 5ème année. Il la met en garde et lui déconseille de continuer d’essayer d’apprendre cette forme de magie et surtout de tenter de reproduire la technique que son arrière-grand-père avait mis au point. Le prix à payer pour un simple sortilège était beaucoup trop élevé. Il lui conseille d’étudier la magie rouge que pour le simple souhait de connaître et comprendre cette branche sombre de la magie. Il ne finit pas sa phrase ce qui perturbe beaucoup Adria. Continuant sur des notes moins gay en lui expliquant qu’elle devrait sacrifier des formes de vie faite de chair et de sang pour pratiquer cette forme de magie.

Oui je comprends. Je n’ai pas véritablement réfléchi aux conséquences que pouvait entrainer cette pratique, ou cet art comme vous l’avez dit. La rouge et or baisse le regard, pour la première fois depuis le début de leur conversation, elle se rendait compte des enjeux ainsi que des conséquences de tout ça.

Ne pouvant voir l’expression de Regulus, Adria lève la tête ne voulant pas paraître faible aux yeux du jeune bibliothécaire. Il lui donne un conseil qu’elle allait surement suivre quand elle rentrerait chez elle pendant les vacances d’été, cacher ou détruire les ouvrages de son ancêtre. Il se rapproche d’elle, très près, trop près. Elle pouvait sentir le parfum du jeune homme, il emplissait ses narines, c’était enivrant. Elle reprend ses esprits quand il se baisse pour lui murmurer quelque chose à l’oreille. Il lui avoue à son tour une chose personnelle sur son passé. Un secret qu’il garde pour lui depuis très longtemps. Il s’écarte doucement, reprenant sa place d’origine, à moins d’un mètre de la lionne. Il se retourne et scrute les allers sombres de la réserve. Adria regarde à son tour, mais ne voie rien qui aurait pu alerter le jeune bibliothécaire.

Pourquoi s’est-il approché si près ? Plusieurs questions lui traversent l’esprit, à toute vitesse. De nombreuse réponse explique cet acte, mais paraisse toutes inconsidéré. Il n’y avait personne a part nous, pourquoi avait-il besoin de le chuchoter ? Elle chasse toutes ses penser de son esprit pour rester concentrer sur le sujet actuel.

La jeune Gryffondor était soulagée quand Regulus lui certifie que son secret serait bien gardé avec lui. Qu’il ne le divulguerait à personne. Elle comprend qu’elle allait quand-même avoir une retenue, mais le vrai motif ne serait pas révélé. Un sourire bienveillant se dessine sur le visage du jeune homme.

Dites-moi. Je pourrais faire ma retenue avec vous Monsieur Black ? En votre compagnie je pourrais apprendre beaucoup plus de choses et surtout, vous pourrez contrôler ce qui est bon que je sache ou non. Demande Adria, un léger sourire apparaît sur son visage. Ses yeux pétillaient d’impatiences à l’entente de sa réponse qu’elle espérait être positive à sa requête.
codage par LaxBilly



1 056 mots
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nature du Sang : pur
Métier/Etudes : Bibliothécaire
Statut amoureux : célibataire
Nombre de Gallions : 1533
Parchemins écrits : 166
MessageSujet: Re: Recherche interdite dans la reserve (Regulus Black) Jeu 26 Avr - 16:14
 
Recherche interdite dans la Réserve (Regulus Black/Adria O'Neill)



Ignorant tout du trouble qu'il avait provoqué chez la jeune fille lorsqu'il s'était penché à son oreille pour livrer ses confidences, il ne pouvait s'empêcher de laisser une oreille trainer en quête du moindre son suspect. Si la Gryffondor le connaissait mieux, elle aurait deviné que Regulus était légèrement paranoïaque du fait de sa trahison passée. Plus que tourner le dos aux mangemorts et à leur idéologie qui n'entrainait que violence et mort, le jeune homme s'était directement attaqué au Seigneur des Ténèbres (bien que ce dernier ne le sut jamais). Inconsciemment, il s'attendait à ce que ces anciens "camarades" viennent lui faire payer son audace.
Mais en attendant, il se sentait de plus en plus fasciné par cette jeune fille qui cachait un riche, mais lourd, secret familial. Finalement, chaque vieille famille magique possédait pareil boulet attaché à sa cheville et que chaque nouvelle génération devait trainer avec plus ou moins de succès. S'abstenant d'émettre à haute voix ce genre de commentaire.
 
La demoiselle sembla se détendre. Ce qui lui pesait sur la conscience n'était désormais plus un poids, un fardeau, qu'elle devait trainer. Il comprenait cependant qu'elle était une jeune fille issue d'une famille certainement pro-mangemort, et qu'elle devait avoir de la famille soutenant le Seigneur des Ténèbres. Mais la concernant... le visage de Sirius à seize ans et se rebellant contre les préceptes de la grande famille Black lui apparut très clairement à l'esprit.
- Vous me rappelez quelqu'un, marmonna-t-il sans pour autant lancer le sujet sur cette voie là.
Sa remarque fut ponctuée d'un gloussement retenu. C'était un peu hors de propos, et de toute manière, la jeune fille avait embraillé sur l'histoire de sa retenue, qu'elle avoua espérer faire sous sa directive. Le ton enjoué qu'elle prit le surprit quelque peu. En règle générale, les élèves étaient peu ravis de finir en retenue, et surtout avec la personne qui leur avait donné.
Après ce qu'il venait se passer, il ne s'imaginait pas avoir attiré à ce point la sympathie d'une jeune élève. Un peu confus, il réfléchit à la question, avant de lâcher :
- Contrôler ce qui est bon pour vous ? Oh, par pitié, Miss O'neill, il n'est pas question de contrôle mais de conseil. Je n'ai pas la prétention de régenter vos actes et vos pensées. Si vous voulez savoir ce qui est bon ou non pour vous, il n'y aura jamais rien de mieux que votre expérience personnelle. Mais pour le reste, ne négligez jamais les conseils des autres puisqu'ils se basent eux-mêmes sur leurs propres expériences passées. Ne craignez jamais de faire des erreurs, espérez plutôt d'en tirer les bonnes leçons.
Il se sentait serein en lui sortant sa tirade. Point question de lui faire la morale, il n'était peut être pas la meilleure personne pour ce rôle-là, mais ces mots revêtaient un sens profond pour lui. Il était possible que la Gryffondor le sente à travers son ton, qu'elle comprenne, devine, que ses paroles faisaient écho à son propre passé.
Sans se départir de son sourire aimable, il en vint directement à lui répondre sur la question qui l'intéressait surtout. Même si elle se contenait du mieux qu'elle pouvait, un sourire bienheureux et presque puéril se dessina sur son charmant visage, tandis que ses yeux pétillaient d'espoir, guettant sur ses lèvres la réponse qu'elle désirait tant.
- Ma foi, fit-il songeusement tout en se grattant le menton. Je peux demander cette faveur à Mr Londubat. J'imagine qu'il trouvera fort à propos que je dirige la retenue d'une élève qui se sera introduite dans ma bibliothèque en pleine nuit. Mais à l'avenir, lorsque vous aurez des questions sur quelque chose d'aussi sensible que la magie rouge, runique, noire, je vous prierai simplement de venir me demander conseil. Je ne vous ouvrirai pas la Réserve, à moins d'un mot signé d'un professeur, mais je pourrai sans doute vous parler de ce que je sais... sans craindre de vous laisser vous compromettre.
Heureusement, il possédait une culture générale sur la magie assez vaste. Sa famille avait en réserve une quantité de livres sur divers sujets tabous, et Regulus les connaissait tous. Sans parler des "travaux" qu'il avait effectué par le passé avec son groupe d'amis. Des travaux et études qui l'avaient amenés à comprendre la nature des secrets du Seigneur des Ténèbres. Par réflexe, il réprima un frisson. "Ne pas tenter de s'en rappeler" se répéta intérieurement Regulus, avec toute la conviction dont il était capable.
- Quant à la nature de votre retenue, enchaina le jeune homme comme si de rien n'était, j'ai bien une idée de ce que je compte vous faire faire, mais je ne vous en dirais rien pour l'heure. Je vous enverrai un hibou bientôt, vous saurez alors.
Son sourire s'élargit un peu malgré lui, embarrassé légèrement par le fait que la jeune O'neill ne voyait pas, pour l'heure, la chose comme une punition. Néanmoins, la discussion qu'ils venaient d'avoir lui avait parut bien plus profitable qu'une bête retenue. Cette dernière n'était donnée que pour le principe.
- Bien, et si nous sortions d'ici ? suggéra le bibliothécaire sur un ton léger. Ce n'est pas le tout de vous surprendre en flagrant délit puis de vous sermonner grassement, mais il est fort tard et dans quelques heures vous aurez des cours à suivre. Je préfère ne pas imaginer les jérémiades incessants et hautement moralisateurs dont vos professeurs vont copieusement m'abreuver s'ils venaient à savoir que je suis la raison pour laquelle vous baillez et dormez pendant leurs leçons.
La fine plaisanterie du jeune homme acheva de rendre à la bibliothèque son atmosphère sereine, bienveillante et chaleureuse. Et puis, pour être franc, il n'aimait pas jouer les méchants avec les élèves. Il avait beau avoir été préfet, être sur le dos des autres n'était pas sa tasse de thé. Seulement, sa mère s'était montrée si enchantée devant cet insigne...
D'un élégant geste de la main, il leva sa baguette et les ouvrages que la jeune fille avait retiré plus tôt s'envolèrent pour regagner sagement leur place d'origine. Puis, il fit signe à la Gryffondor de quitter les rayonnages secrets de la Réserve pour retourner dans la vaste cathédrale de papier qu'était la bibliothèque de Poudlard.
 


Codage par Libella sur Graphiorum


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Recherche interdite dans la reserve (Regulus Black)
Revenir en haut Aller en bas
Recherche interdite dans la reserve (Regulus Black)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» PAM GENTIL CANICHE ABRICOT 9 ANS recherche fa dans le 13
» [Recherche] Lumargile dans ROSA
» Recherche joueurs dans le 77 ...
» Recherche joueur dans le gard
» Aller les airsofteurs!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Return Of Voldemort :: Hors Jeu :: Poudlard-
Sauter vers: